Quand le LOSC et le RC Lens regardent vers la Chine

Le LOSC et le RC Lens en quête de notoriété en Chine / © MaxPPP
Le LOSC et le RC Lens en quête de notoriété en Chine / © MaxPPP

Les dirigeants du LOSC ont fait de la Chine l'un des axes majeur de leur projet de développement commercial à l'international, tandis que le RC Lens signe ce jeudi un partenariat avec l’Université Normale Supérieure de Pékin, l'une des plus prestigieuses du pays.

Par YF

La vidéo a été diffusée ce jeudi par le LOSC : on y voit plusieurs joueurs de l'effectif s'essayer au... mandarin devant une caméra. Il s'agit visiblement d'enregistrer des petits messages destinés aux fans chinois des Dogues. Car il en existe, si, si... 10 000 selon le comptage effectué par Marc Ingla, le DG du club, sur les comptes officiels ouverts récemment sur les réseaux sociaux en vogue dans l'Empire du Milieu (Weibo, Zhihu, Toutiao...). Un chiffre encore modeste pour un pays qui compte près d'1,4 milliard d'habitants, mais que les dirigeants lillois souhaitent bien développer dans les mois et les années qui viennent.


Le club ambitionne de séduire jusqu'à 600 000 fans chinois. "Le football connaît un développement incroyable en Chine et le LOSC y nourrit de nombreux projets de partenariats", explique Marc Ingla ce jeudi dans un communiqué. "Dans ce cadre, nous avions envie de faire un premier pas en direction des fans chinois et les réseaux sociaux représentent aujourd’hui la manière la plus directe et la plus personnelle de s’adresser à eux et de leur faire découvrir le LOSC." Les Dogues ont indiqué également qu'une version du site internet officiel sera disponible en mandarin dès l'été prochain.

Le compte officiel du LOSC sur le réseau social chinois Weibo / © Capture d'écran Weibo
Le compte officiel du LOSC sur le réseau social chinois Weibo / © Capture d'écran Weibo

Avec nos confrères de Mediapart et Mediacités, nous avions révélé en janvier un document confidentiel destiné à de potentiels investisseurs : l'équipe dirigeante, conduite par le nouveau propriétaire hispano-luxembourgeois Gérard Lopez, y présentait déjà la Chine comme l'un des vecteurs de croissance et de développement commercial du club, avec l'ambition de développer des académies de football et d'investir dans un club-partenaire "propriété du LOSC". Michel Seydoux, le précédent actionnaire majoritaire, avait déjà commencé à sonder le terrain. "Le LOSC avait d'ailleurs déjà failli signer avec une université chinoise", nous avait-il confié. "Le repreneur va accélerer ces projets de partenariats avec l'Asie, qui existaient déjà". "Moi je veux trouver un jour un investisseur qui devienne actionnaire minoritaire au LOSC, tel que je l'ai dit à différentes reprises, mais qui apporte la capacité d'ouvrir des académies en Asie", nous avait indiqué de son côté Gérard Lopez, tout en assurant qu'"aucun investisseur ou partenaire stratégique n'est envisagé pendant la première phase de construction du projet, c'est-à-dire entre 6 mois et 1 à 2 ans".


Eldorado

Avec un championnat national - la Chinese Super League - en forte expansion et des clubs professionnels pleins aux as qui déboursent des dizaines de millions d'euros sur le marché des transferts, la Chine fait figure en effet de nouvel eldorado du football mondial. D'autant que les Chinois investissent aussi sur le Vieux Continent, notamment en France. L'été dernier, le groupe IDG Capital a déboursé 100 millions d'euros pour acquérir 20% d'OL Groupe, la maison mère de l'Olympique Lyonnais, et l'OGC Nice a été repris par deux Chinois Chien Lee (président de NewCity Capital et co-fondateur de Plateno Hotel Group) et Alex Zheng (co-fondateur et PDG. de Plateno), en association avec des hommes d'affaires américains. Deux formations de Ligue 2 sont également passés sous pavillon chinois : le FC Sochaux et plus récemment l'AJ Auxerre, tous deux réputés pour leurs centres de formation...

Wing San Li, le propriétaire du FC Sochaux, photographiant ses joueurs / © MaxPPP
Wing San Li, le propriétaire du FC Sochaux, photographiant ses joueurs / © MaxPPP

Le RC Lens, lui, a été racheté l'an dernier par une société luxembourgeoise, Solferino. Mais son actionnaire minoritaire, le club espagnol de l'Atlético de Madrid, est détenu à 20% par le Dalian Wanda Group, puissant conglomérat basé à Pékin. Les Sang et Or ont par ailleurs officialisé ce jeudi à 17h leur premier partenariat international avec... une université chinoise, l’Université Normale Supérieure de Pékin, l'une des plus anciennes et prestigieuses du pays. Il s'agit d'une série de conventions établies entre le club et cette institution, en association avec la Faculté des Sports de Liévin (Université d'Artois), la Ligue de Football des Hauts de France et la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Hauts-de-France.

L'ancien secrétaire d'Etat américain John Kerry en visite en 2016 à l'Université Normale Supérieure de Pékin, nouveau partenaire du RC Lens / © SAUL LOEB / POOL / AFP
L'ancien secrétaire d'Etat américain John Kerry en visite en 2016 à l'Université Normale Supérieure de Pékin, nouveau partenaire du RC Lens / © SAUL LOEB / POOL / AFP

"La finalité de ce partenariat est avant tout de favoriser les échanges internationaux et les collaborations pédagogiques, scientifiques et sportives franco-chinoises pour la formation et pour la recherche en Sciences du Sport", indique le communiqué diffusé par l'Université d'Artois . "Le football français plaît, celui des Hauts de France notamment, celui de Lens tout particulièrement (...) Ces partenariats permettront d’une part, de penser le projet de vie du sportif avec une approche innovante et plus humaine et, d’autre part d’optimiser l'accessibilité des formations pour les sportifs de haut niveau." Le RC Lens pose ainsi, à son tour, un premier pied vers l'Empire du Milieu. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Coût de la vie étudiante : des loyers abordables en Picardie

Près de chez vous

Les + Lus