RC Lens : accusé de violences envers une femme, Douchez entendu par la direction

Nicolas Douchez (archive). / © MAXPPP
Nicolas Douchez (archive). / © MAXPPP

Le gardien du RC Lens (L2) Nicolas Douchez, mis à pied depuis une semaine parce qu'il aurait frappé une femme fin octobre à Paris, a été entendu jeudi par la direction du club en vue d'une éventuelle sanction.

Par Jeanne Blanquart avec AFP

L'ancien gardien du Paris SG (2011-2016), âgé de 37 ans, a été auditionné pendant une heure environ en début de matinée au centre d'entraînement La Gaillette par des dirigeants du club, selon un correspondant de l'AFP qui a vu le joueur sortir vers 10h30 en compagnie de son agent.

Douchez s'est refusé à toute déclaration. La direction du RC Lens avait convoqué le gardien de l'équipe dans le cadre d'"une procédure disciplinaire" devant permettre d'examiner "les faits (...) et leur impact au regard des obligations (du joueur) vis-à-vis du club". Le directeur général du club Arnaud Pouille participait à cette réunion, selon le RC Lens.



Le directeur sportif Eric Roy et l'entraîneur Eric Sikora étaient également présents, a précisé une autre source proche du club. "Aucune décision du club concernant une éventuelle sanction ne sera communiquée avant 48 heures", un délai minimal à respecter dans les procédures disciplinaires, a indiqué le RC Lens.


"Violences en état d'ivresse"


Nicolas Douchez doit comparaître le 2 février devant le tribunal correctionnel de Paris pour "violences en état d'ivresse" envers une femme et "dégradation grave du bien d'autrui". L'ancien gardien remplaçant du PSG avait été interpellé et placé en garde à vue le 26 octobre à l'aube à Paris.


La victime, "une amie" du joueur, n'a pas déposé plainte, selon l'avocate du gardien de but, Me Caroline Toby. En fin de semaine dernière, le parquet de Paris n'avait encore été saisi d'aucune plainte, d'après une source judiciaire. L'avocate fait valoir que les poursuites concernent des "violences sans interruption temporaire de travail" (ITT), insistant sur "l'absence de blessures, de coups, de traces de sang" dans le dossier.

Au nom de son client, elle a par ailleurs déposé plainte contre X pour violation du secret de l'instruction, après des fuites dans la presse sur cette affaire, critiquant un "emballement médiatique" ayant relayé des "faits inexacts", ce qui a porté "gravement atteinte à la présomption d'innocence". 


A lire aussi

Sur le même sujet

Agence européenne des médicaments : les atouts de la candidature lilloise

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne