Suicide de Antoine Boutonnet, ex-chef de la lutte anti-hooliganisme et commissaire lillois

Antoine Boutonnet était commissaire à Lille jusqu'en 2009. / © MAXPPP
Antoine Boutonnet était commissaire à Lille jusqu'en 2009. / © MAXPPP

L'ancien chef de la division nationale de lutte contre le hooliganisme et ancien commissaire à Lille, Antoine Boutonnet, a mis fin à ses jours dans les locaux de la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).

Par Jeanne Blanquart avec AFP

Le corps du policier a été retrouvé dimanche, dans son bureau de la sous-direction de l'anticipation opérationnelle (SDAO), un service de la gendarmerie nationale, où il avait été affecté en mars, ont affirmé ces sources, confirmant une information du Parisien sur son site internet.

Antoine Boutonnet se serait suicidé avec son arme de service, ont ajouté ces mêmes sources. "Je suis bouleversé par cette nouvelle", a réagi Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel (LFP) entre 2002 et 2016. "C'était quelqu'un avec qui je travaillais dès l'origine de la DNLH (Division nationale de lutte contre le hooliganisme, ndlr), créée à ma demande. C'était non seulement un grand professionnel, mais aussi un humaniste. Il était devenu un ami".


Commissaire à Lille


Auapravant, le commissaire avait été nommé à Lille, où il a encadré les agents de la Brigade Anti Criminalité (BAC) départementale. Nos confrères de la Voix du Nord se souviennent très bien de lui.



"Antoine  Boutonnet était commissaire à #Lille avant de devenir le patron de la lutte contre le hooliganisme en 2009", explique Benjamin Duthoit sur Twitter. "Terrible nouvelle, Antoine Boutonnet était un grand "flic". Il avait laissé un très bon souvenir à Lille", ajoute Bruno Renoul, journaliste à Roubaix. 


8 suicides en une semaine


Huit membres des forces de l'ordre ont mis fin à leurs jours en une semaine, dont Antoine Boutonnet : après quelques années d'accalmie, policiers et gendarmes craignent qu'en 2017 le fléau des suicides dans leurs rangs ne retrouve ses plus hauts niveaux.  En tout, 46 policiers et 16 gendarmes se sont donnés la mort depuis le début de l'année 2017, selon un décompte initial du ministère de l'Intérieur.

Dans la soirée, ce terrible bilan s'aggravait encore avec un nouveau suicide d'une policière dans la région de Perpignan. Cette accélération du nombre de suicides a conduit le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, à demander dimanche soir aux directeurs généraux de la Police nationale, de la Gendarmerie et de la Sécurité intérieure "une évaluation des mesures mises en oeuvre pour prévenir les suicides parmi les forces de l'ordre". M. Collomb a annoncé en outre vouloir réunir "rapidement les représentants des policiers et gendarmes pour évoquer les dispositifs de prévention existants et les moyens d'en renforcer encore l'efficacité".


Sur le même sujet

La bourse aux jouets

Près de chez vous

Les + Lus