VAFC : l'incroyable imbroglio autour du “limogeage” de Faruk Hadzibegic en 4 actes

© France 3
© France 3

On va essayer de bien comprendre ce qui se passe ces dernières heures au VAFC.

Par EM

1. Dimanche : le président Zdziech convoque Hadzibegic, son entraîneur


Dimanche, au surlendemain de la défaite face à Auxerre (0-2), Faruk Hadzibegic, l'entraîneur valenciennois, raconte avoir reçu un SMS vers 16h de la part d'Eddy Zdziech, le président du club. Convocation dans son bureau avec son fils Cédric à 18h30. "Il m'a annoncé qu'il allait se séparer de moi", explique l'entraîneur. 

Motif ? Hadzibegic ne croit pas suffisamment en son équipe et aurait agacé son président en disant que "l'effectif était moins bon que l'année dernière". Eddy Zdziech a confirmé ce mardi avoir envie de chercher un entraîneur "qui croit dans le projet".

L'entraîneur a contesté vivement cette version des faits, laissant clairement entendre que le recrutement n'était effectivement pas à la hauteur et pas de sa responsabilité : "Je souhaite construire une équipe, ce n'est pas additionner des joueurs. J'assume la responsabilité de ce que j'ai fait, pas de ce que je n'ai pas fait. Je ne crache pas sur mon équipe. Il faut aussi qu'on regarde les choses avec une analyse lucide. (...) C'est un plaisir de travailler avec ce groupe. On a un dialogue avec chacun. J'ai dit à mes joueurs : "On est moins bons que l'année dernière." C'est une équipe qui a un avenir mais il faut travailler. "

Valenciennes est 14e de Ligue 2 après 9 journées.

2. Lundi : l'échec des négociations


L'avocat de Faruk Hadzibegic vient au club pour discuter des termes de la séparation avec Olivia Perrin, directrice générale. Une journée de négociations mais aucun accord trouvé.

Vers 20h, selon l'entraîneur, Eddy Zdziech décide de stopper les négociations et rappelle Faruk Hadzibegic pour qu'il mène l'entraînement du lendemain. Ce que le Bosnien a déjà fait le matin-même. A l'issue de cette séance, il a d'ailleurs informé les joueurs de son limogeage. Entre-temps, l'information est parue dans l'Equipe et les supporters présents au Mont-Houy ont exprimé leur grande surprise. Et leur soutien à Hadzibegic qui reste, à ce moment, sur la réserve, confiant simplement sa "déception".

Parllèlement, le président du VAFC qualifie auprès de l'AFP de "fausses informations" le limogeage de l'entraîneur. "Je n'ai rien inventé. J'ai bien compris", maintient pourtant mardi Faruk Hadzibegic.

Dans la journée, les premiers noms d'éventuels remplaçants circulent : Olivier Bijotat, Christophe Delmotte, Nicolas Rabuel, Pascal Braud, Steve Savidan, ou encore Daniel Leclercq, qui confie dans "45 minutes", son intérêt pour le poste.
Daniel Leclercq (VAFC) : "J'ai déjà commencé à enfiler mon survêtement"

3. Mardi : entraînement surréaliste


Alors que tout le monde tient pour acquis le limogeage de Faruk Hadzibegic, vers 10h30, ce mardi, l'entraîneur du VAFC apparaît à la sortie du vestiaire. Il est seul. En tenue de travail. Les supporters, surpris et incrédules, le rejoignent sur le terrain pour lui exprimer leur soutien. Certains crient : "Dehors président. Vous êtes la honte de ce club !" . Le coach valenciennois les remercie de leur soutien puis assure la séance avec ses joueurs. Presque comme si de rien n'était. 
VAFC : Hadzibegic soutenu par les supporters du VAFC


Eddy Zdziech, silencieux jusque-là, est présent aussi. Il choisit d'entamer le dialogue avec les supporters et journalistes qui veulent comprendre ce qu'il se passe. Et là, nouveau rebondissement, Eddy Zdziech annonce : "Je n'ai viré personne... Regardez l'entraînement. Le staff est au complet. Il est en train d'exécuter son contrat de travail. Il y a beaucoup de choses qui se disent..."

VAFC : Eddy Zdziech annonce qu'il "n'a pas limogé" Hadzibegic

Pas de limogeage donc ? On a mal compris ? Ce n'est pas si simple. Il ajoute : "Je suis en réflexion. On regarde si on est en mesure d'atteindre nos objectifs. Il n'a pas été limogé hier, ni dimanche soir mais Faruk sait que je suis en réflexion."


4. Mardi : Hadzibegic n'a "jamais vu ça"



A la sortie de l'entraînement, l'entraîneur du VAFC a donné une longue conférence de presse pour donner son sentiment sur la situation. "Je suis vraiment humainement touché. Je peux être un bon entraîneur, un mauvais entraîneur, chacun voit le travail. Mais je suis un homme droit qui ne se prend pas la tête. Je n'ai jamais vu ça. Je le vis très mal. Je suis surpris de tout ça. C'est très dur. (...) J'ai pris une gifle, je ne sais pas comment je vais m'en remettre. Au-delà d'être touché, je mérite autre chose. Je ne sais pas comment retenir mes larmes. "
VAFC - Faruk Hadzibegic : "Je n'ai vu ça. Je le vis très mal"


Malgré cette tension un peu surréaliste, peut-il rester entraîneur du VAFC, travailler avec le président Eddy Zdziech ? "Le président a parlé avec les cadres, les joueurs, le staff. Il a dit que j'avais mal compris. Il a dit que je restais entraîneur de Valenciennes. Mais je n'attends pas de miracle, je crois que c'est une question de jours. Moi je vais travailler comme si j'allais rester encore 10 ans. Ça ne me pose aucun problème. "

Qui sera sur le banc du VAFC ce vendredi à 20h à Orléans ? Réponse dans le 5ème acte de cette pièce à rebondissements.


Sur le même sujet

Perpétuité pour le meurtrier de Chantal, 57 ans, à Amiens

Près de chez vous

Les + Lus