Christopher Nolan sur l'opération Dynamo : “ni reddition, ni anéantissement... une grande histoire”

Christopher Nolan, réalisateur de "Dunkerque" / © France 3
Christopher Nolan, réalisateur de "Dunkerque" / © France 3

Son intérêt pour l'opération Dynamo ? De quand date-t-il ? Qu'en pense-t-il ? Pourquoi avoir tourné à Dunkerque ? Christopher Nolan, réalisateur de Dunkerque nous répond.

Par France 3 Lille

Que pensez-vous de cette opération Dynamo ? 

  • "Vous aviez 400 000 hommes sur cette plage… Ils avaient le choix entre se rendre ou être anéantis. Et cette histoire ne s’est terminée ni par une reddition ni par un anéantissement. C’est la raison pour laquelle que c’est l’une des plus grandes histoires de toute l’histoire humaine."

De quand date votre intérêt pour cette page de l'Histoire de la deuxième Guerre Mondiale ? 
  • "Il y a 20 ans, avec ma productrice et épouse Emma , nous sommes montés à bord d’un voilier d’un ami pour faire la traversée de puis l’Angleterre jusqu’à Dunkerque. La traversée a été extraordinairement difficile, bien plus longue que ce qu’elle aurait dû être, quelque chose comme 19 h, je ressentais le danger, et pourtant personne ne nous jetait des bombes ! Mon respect et mon en admiration pour les gens impliqués dans la véritable évacuation de 1940, remonte à cette traversée."

"On aurait eu tort de tourner ce film à un autre endroit"

C. Nolan : "On aurait eu complètement tort de tourner ce film à un autre endroit !"

Comment avez-vous pris la décision de tourner à Dunkerque ? 

  • "On est d’abord venus ici faire les recherches, regarder ce qu’il restait de la jetée est. De Malo-les-Bains, et des autres villages qui bordent la plage. Ce que vous remarquez tout de suite d’ici, c’est cette géographie vraiment unique, c’est une plage incroyablement large et plate, c’est très peu profond sur une grande étendue, une grande partie de la jetée était encore là, on pouvait construire ure un décor dessus. Malo-les-Bains a encore de très belles rues des années 40 donc les bâtiments étaient appropriés, quand on a parcouru les kilomètres de plages, on ressentait l’histoire sous nos pieds dans le sable. C’est une expérience unique quand on arrive dans un véritable endroit où ce que vous allez filmer est réellement arrivé. On aurait eu complètement tort de tourner ce film à un autre endroit !"

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Un tilleul âgé de 150 ans empoisonné à Saint-Valery

Près de chez vous

Les + Lus