Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Roubaix : des libellules et des nénuphars dans le Bassin du musée La Piscine

© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak

Pour la troisième année, les étudiants de l’ESAAT, école supérieurs d’arts appliqués et textile, exposent leurs créations au Musée de la Piscine de Roubaix.

Par Emmanuel Magdelaine

Revisiter les oeuvres de La Piscine ou au moins s'en inspirer. C'est l'objectif fixé aux étudiants de l'ESAAT depuis 3 ans. L'année dernière, ils avaient notamment installé des créatures transparentes dans le Bassin.

Cette fois, l'oeuvre la plus spectaculaire est une installation de libellules et de nénuphars blancs au même endroit. Au dernier balcon, des mannequins à tête d’animaux préhistoriques observent la scène .

© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak

Ce projet, dont le thème est cette année "Le Bestiaire" proposé aux élèves, est une sorte d’insertion dans la vie professionnelle. Pour le musée, c’est l’occasion de garder des relations avec l’école qui a longtemps hébergé les collections du Musée, avant qu’il n’existe. C’est aussi « une façon de valoriser le travail des étudiants », de « créer une dynamique au sein de la ville », explique Jean –Luc Houzé, un des initiateurs du projet.

Différentes techniques et supports sont utilisées : vidéo, volume, sculptures… Les œuvres des étudiants sont réparties dans l’ensemble du musée, tout au long d’un parcours.

"Interprétations"


Derrière l’arche, une vidéo, intitulée « vaches folles », s’inspire d’une œuvre de Gustave Kabansky (Vaches hollandaises). On y voit une campagne paisible où une vache broute de l’herbe, puis deux, puis trois, puis toute une armée de vaches, finalement noyée par une autre pluie de vaches. Un peu plus loin, en forme de cercle, un pur exercice d’art appliqué décline les quatre saisons où habite un cerf. Plus loin encore, il vous faudra y regarder à plusieurs fois pour distinguer l’oiseau qui se cache dans ce moucharabieh de bois découpé au laser et inspiré de l’œuvre de Jean-Léon Gérome, « Esclave à vendre ».

Voici, en images, quelques-unes de ces oeuvres :
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
© Sébastien Gurak
Cette exposition est visible au musée La Piscine de Roubaix jusqu'au 7 mai prochain.
 

Sur le même sujet

Cyberattaque mondiale : l'usine Renault de Douai à l'arrêt

Près de chez vous

Les + Lus