Valenciennes : signature d'un contrat avec le groupe chinois Huawei pour la vidéo-surveillance

Partenariat entre Valenciennes et Huawei pour la vidéo-surveillance

La ville de Valenciennes a signé ce jeudi un contrat avec le groupe chinois Huawei. L'entreprise de télécom aura à charge de mettre en place les 217 caméras ainsi qu'un serveur de transmission. A quel prix ?

Par Jeanne Blanquart

Nouvelle étape dans le déploiement de la vidéo-surveillance à Valenciennes. La ville a signé ce jeudi un accord avec le géant chinois Huawei, qui y testera son système "Safe city". En clair, ce sont de nouvelles caméras high-tech, dotées d'un zoom haute définition, d'une vision nocturne et sous la pluie, avec détection des mouvements de foules ou encore des objets abandonnés.

Dans les rues valenciennoises, on compte désormais des caméras par dizaines. Les habitants ont dû s'habituer depuis des années à cette presence. Mais si elles présentent un côté rassurant pour certains, d'autres les trouvent trop intrusives.

Partenariat public-privé

De 150, le nombre de cameras va donc passer à court terme à 220 et le parc sera totalement remplacé. 

Le contrat signé avec le géant Huawei se présente sous la forme d'un partenariat public-privé qui mise avant tout sur la haute technologie, quitte à oublier un peu le fonctionnement, qui aura besoin de plus en plus de personnel selon l'opposition. En tout, l'accord prévoit le renouvèlement du parc existant, l’installation du nouveau matériel, de nouveaux logiciels et la formation du personnel assermenté au pilotage des nouveaux outils. 

L'enterprise Huawei n'a donc a priori aucun droit de regard ou d'utilisation sur les images captées, comme le confirme Karl Song, directeur général de Huawei France :

Interview de Karl Song, directeur général de Huawei France

Pour le moment, la mairie n'a pas communiqué le coût de cette operation...

Sur le même sujet

A Lille ou à Roubaix, le constat n'est pas le même

Près de chez vous

Les + Lus