Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

L'Atlético de Madrid, actionnaire minoritaire du RC Lens, privé de mercato cet été

Les "Colchoneros" ne pourront pas recruter de nouveaux joueurs cet été / © MaxPPP
Les "Colchoneros" ne pourront pas recruter de nouveaux joueurs cet été / © MaxPPP

Séisme à l'Atletico Madrid : contrairement au Real, le club colchonero n'a pas obtenu du Tribunal arbitral du sport (TAS) une levée de l'interdiction de transfert prononcée par la Fifa et ne pourra pas recruter cet été, en raison d'une infraction sur les règles des transferts de joueurs mineurs.

Par YF avec AFP

Le TAS a annoncé avoir réduit l'amende infligée à l'Atlético, de 900 000 francs suisses (826 000 euros) à 550 000 francs suisses (504 000 euros). Mais l'instance a maintenu l'interdiction de recrutement pour "deux fenêtres de transferts complètes et successives", soit jusqu'en janvier 2018. Cette sanction de deux mercatos sans recruter est similaire à celle purgée par le FC Barcelone en 2015. Mais le traitement est plus sévère que pour le Real Madrid: coupable d'infractions similaires, le club merengue a vu sa sanction réduite par le TAS à un seul mercato, purgé l'hiver dernier, ce qui lui permettra de recruter cet été.

"Cette décision est injuste et cause des dommages irréparables à notre club", a vivement réagi l'Atlético dans un communiqué, dénonçant un "traitement discriminatoire" par rapport au Real. Pour expliquer cette différence de traitement, une source proche du dossier a indiqué que "l'Atlético avait beaucoup plus d'infractions que le Real", c'est-à-dire beaucoup plus de joueurs concernés. La FIFA (fédération internationale de football) interdit aux clubs le recrutement de joueurs étrangers de moins de 18 ans, limite descendue à 16 ans pour les Européens, sauf à remplir certaines conditions.


Mercato compromis pour l'Atlético

L'Atlético, comme le Real Madrid, ont été condamnés à une interdiction de recruter en janvier 2016 pour ces infractions. La FIFA avait ensuite rejeté l'appel des deux clubs en septembre 2016, avant que le TAS ne soit saisi des deux dossiers. "La FIFA considère qu'avec cette décision, le TAS soutient de manière claire et nette le travail de la Fifa pour protéger les footballeurs mineurs", s'est félicitée la Fédération mondiale dans un communiqué.

Ayant déjà dû purger une première fenêtre d'interdiction en janvier, l'Atlético va aussi pâtir d'un mercato d'été sans transferts. Le club colchonero ne pourra notamment pas faire venir l'attaquant de Lyon Alexandre Lacazette, qui voyait d'un bon oeil cette éventualité. Surtout, le dossier Antoine Griezmann s'annonce très épineux. L'attaquant-vedette de l'équipe de France pourrait-il être tenté de quitter l'Atlético pour Manchester United ? Arrivé troisième du dernier Ballon d'Or, le meilleur joueur de l'Euro-2016 a profité de la tournée promotionnelle de son livre ces dernières semaines pour répéter qu'il attendait de l'"Atleti" des garanties de renfort de l'effectif en terme de recrutement. Avec un objectif : gagner enfin des titres.

Sans recrue dans le nouveau stade

Le président de l'Atlético, Enrique Cerezo, lui, a assuré samedi dernier que "Grizi" serait encore dans l'équipe la saison prochaine pour inaugurer le nouveau stade Metropolitano (70 000 places) du club. Il faudra voir s'il parvient à convaincre le Français de rester, sans doute au prix d'une revalorisation salariale. Cela suffira-t-il ? Griezmann, sous contrat jusqu'en 2021, dispose d'une clause libératoire à 100 millions d'euros selon la presse. Et il a lui-même laissé planer le doute sur son avenir en déclarant la semaine dernière qu'il avait six chances sur dix de partir à Manchester, et sept sur dix de rester à l'"Atleti", son club depuis 2014.

Seul soulagement pour les supporters colchoneros: l'entraîneur argentin Diego Simeone, lui, a clamé haut et fort qu'il serait encore là la saison prochaine. Mais c'est sans la moindre recrue que l'Atlético, qualifié pour la prochaine Ligue des champions, va pénétrer dans sa nouvelle enceinte cet été. Sa seule option sera de rapatrier des joueurs prêtés, comme Diogo Jota (Porto) ou Luciano Vietto (Séville FC). "Notre planification sportive pour la saison prochaine a pris en compte à tout moment les deux scénarios possibles", a assuré le club. "Nous avons pleinement confiance dans l'effectif actuel (...). Nous comptons sur l'investissement des joueurs et de l'encadrement pour continuer à rivaliser au plus haut niveau la saison prochaine malgré cette décision qui évidemment nous nuit", a conclu l'Atlético.

Le club madrilène détient depuis juillet dernier 34,6% des parts du Racing Club de Lens, aux côtés de la société luxembourgeoise Solferino. Son directeur du développement international, Ignacio Aguillo, est le directeur général délégué des Sang et Or. Les deux clubs n'ont - à ce jour - échangé aucun joueur.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le point sur la situation de l'hôpital de Senlis

Près de chez vous

Les + Lus