RC Lens : Gervais Martel “ne participera plus à la prise de décisions”

Gervais Martel en septembre 2017. / © MaxPPP
Gervais Martel en septembre 2017. / © MaxPPP

Après l'annonce inattendue samedi du départ de Gervais Martel, président historique du RC Lens, une conférence de presse est venue apporter quelques précisions ce lundi. 

Par M. F. avec AFP

Le nouveau directeur général du RC Lens, pensionnaire de Ligue 2 englué dans une crise de résultats, a fait savoir lundi que l'emblématique président Gervais Martel "ne participera plus à la prise de décisions" au sein du club, confirmant le bouleversement de l'organigramme annoncé samedi.

"Il reste au club en tant que président du conseil d'administration, il aura une prérogative régalienne", a dit Arnaud Pouille lors d'une conférence de presse conjointe avec Gervais Martel et Eric Roy, nouveau manager sportif.


"Il représentera le club au niveau des institutions mais ne participera plus à la prise de décisions. Il conservera son rôle d'animateur et sera le dépositaire emblématique de la culture du club", a-t-il ajouté.

Ces changements d'organigramme "font suite à la décision de Gervais Martel de ne plus occuper de fonction au sein de la gouvernance du club", a expliqué Arnaud Pouille.

Reste que le communiqué sibyllin samedi qui annonçait cette révolution débutait par cette formule : "La Société Solferino et M. Joseph Oughourlian, dans le souci d'optimiser la gouvernance du club pour atteindre les objectifs fixés, ont pris les décisions suivantes".


Joseph Oughourlian, venu du monde de la banque et de la finance est actionnaire majoritaire (65%) de Solferino, la holding qui possède le RC Lens.
"Cela me semblait important que des gens plus jeunes que moi aillent au front dans la gestion d'un club de football", a déclaré Gervais Martel.

"Je vais essayer d'apporter mon expérience et l'amour du club. Quand une page se tourne, c'est qu'il y a un mort. Ici, la page du RC Lens se tourne autrement".

Eric Roy s'est quant à lui félicité de prendre en main "un projet ambitieux et sur le long terme" tout en reconnaissant arriver sur un secteur sportif "en souffrance".

"Le verdict du terrain, c'est 6 points en 10 matchs. Plutôt que de faire des beaux discours, place au concret et au travail", a martelé l'ancien milieu de terrain et ancien manager général de l'OGC Nice.

Les Sang et Or viennent de vivre le pire début de saison de leur histoire, avec huit défaites en dix journées de Ligue 2.

A lire aussi

Sur le même sujet

Perpétuité pour le meurtrier de Chantal, 57 ans, à Amiens

Près de chez vous

Les + Lus