Pentecôte : depuis 114 ans, la tradition du “goûter matrimonial” réunit les célibataires en Belgique

L'un des tous premiers goûter matrimonial, en 1908.
L'un des tous premiers goûter matrimonial, en 1908.

C'est une tradition ancienne qui perdure, d'années en années... A Ecaussinnes, chaque lundi de Pentecôte, un "goûter matrimonial" est organisé pour réunir les coeurs à prendre.  

Par Jeanne Blanquart

Tout commence par une légende, qui remonte à une période très très lointaine, racontée sur le site du Goûter matrimonial d'Ecaussinnes : "Depuis la nuit des temps, un rituel particulier avait lieu au mois de mai : on célébrait les fêtes de la jeunesse, de l’agriculture, des récoltes, de la fertilité de la terre et des personnes. La tradition voulait que les jeunes garçons d’un hameau aillent durant la nuit du premier mai couper un arbre (un bouleau de préférence) et le planter, de nuit, dans le hameau afin que, le lendemain, les jeunes filles décorent l’arbre, organisent une fête et offrent aux jeunes gens un goûter (r’ciner en wallon)."

Au fil du temps, cette tradition s'est adaptée aux lieux, aux époques. Seul Ecaussines, situé entre Mons et Charleroi, en Belgique, a conservé ce rituel de l'arbre et du goûter... Un goûter pas si anodin, puisqu'il s'agit toujours de permettre aux célibataires "de se rencontrer et, si affinités, de conclure à des mariages".


D'année en année


Si la tradition ancestrale a failli disparaître, c'est grâce à une "blague", qu'en 1903, le goûter matrimonial est créé. Marcel Tricot, jeune homme fringant de dix-neuf ans, et heureusement imprimeur, décide alors de placarder dans la commune l'affiche suivante :

"Ecaussinnes-Lalaing – Place de la Bassée
À l’occasion du Mai planté en l’honneur de la Jeunesse
Lundi 1er Juin 1903 (Pentecôte)
À 4 heures
GOUTER MONSTRE
Offert par les soixante jeunes filles à marier du centre de la commune
Etant délaissées par un grand nombre de nos concitoyens, nous prions les jeunes gens
Des environs de bien vouloir participer audit goûter,
Et espérons avoir sous peu le plaisir d’assister à de nombreux mariages.
Les 60 jeunes filles à marier.
Plusieurs sont sur le point de coiffer Ste Catherine
NB : Bien retenir la date : 1er juin."

Et même si cela était de mauvais genre à l'époque, cela n'a pas empêché les "Ecaussinnettes" de s'y presser...

En 2000, nous nous étions rendus à cette fête centenaire. A cette époque, les organisateurs s'appuyaient sur les "fiches de renseignement" remplies par les participants pour pour former des couples en apparence compatibles :



Plus ancien encore, en 1933, le goûter était encore affectueusement surnommé "la foire aux amoureux". "Suivant la coutume et la folle réputation des jeunes filles du pays, nombreux sont ceux qui répondent à cette aimable invitation", commentait la voix off. 

Archives : goûter matrimonial à Ecaussines


Cette année, le goûter évolue et repose sur une balade et un "speed-dating" : mais si les méthodes changent, l'objectif, lui, est toujours le même...

 

Sur le même sujet

Métropole lilloise : un très important trafic de cocaïne et d'héroïne démantelé

Près de chez vous

Les + Lus