.... Et la plupart ont déjà choisi : les députés frappés par la loi de non-cumul ont en majorité délaissé leur mandat de maire.


Stéphane Demilly. Soumis par la loi de non-cumul des mandats, Stéphane Demilly (UDI), élu député dans la 5ème circonscription de la Somme, a démissionné vendredi de son poste à la Communauté de communes du Pays du coquelicot et de son poste de maire d’Albert.

Jacques Krabal. Un maire va être désigné mercredi 5 juillet en Conseil municipal à Château-Thierry pour succéder à Jacques Krabal, qui a choisi son rôle de député dans la  5ème circonscription de l'Aisne. C'est son adjoint Sébastien Eugène qui sera l'unique candidat de la majorité. 

Jean-Louis Bricout. Élu au poste de député sur la 3ème circonscription de l’Aisne lors des dernières élections législatives, Jean-Louis Bricout a laissé son mandat de maire à Yann Rojo, adjoint aux Affaires sociales à la mairie de la ville. 

Éric Woerth. Élu dans la quatrième circonscription de l'Oise et maire de Chantilly, Éric Woerth va également devoir faire un choix mais ne se prononce pas pour l'instant.

Jean-Claude Leclabart
"a toujours déclaré qu'il souhaitait être 100% député, attaché à défendre la ruralité et l'agriculture", selon son conseiller Christian De Caffarelli, qui ajoute que "la loi sur le non-cumul des mandats ne lui pose aucun problème et l'appliquera" et que M. Leclabart "organisera son action sur la circonscription pour rester au contact des habitants et au plus près de leurs préoccupations"

En France, ce sont 130 députés qui ont dû choisir entre leur mandat de maire ou de député, selon les Décodeurs du Monde. Le profil type du cumulard est un homme (62%) étiquetté Les Républicains (près de 80%).