Coup de tonnerre à Abbeville : l'élection du Maire PS Nicolas Dumont est invalidée

© France 3 Picardie
© France 3 Picardie

Le tribunal administratif d'Amiens a invalidé l'élection municipale du 23 mars 2014 à Abbeville. Les opposants au Maire avaient dénoncé des irrégularités au scrutin et une distribution de tracts la veille du vote.

Par Mickaël Guiho avec AFP

Les habitants d'Abbeville vont peut-être devoir retourner devant les urnes ! Mardi 7 octobre, près de 7 mois après les élections municipales 2014, le tribunal administratif d'Amiens a invalidé le scrutin dans la commune.

L'avocat de M. Dumont, Me Jérôme Crépin, a aussitôt annoncé l'intention de son client "de faire appel devant le Conseil d'Etat". "C'est une évidence", a-t-il dit.

Des tracts distribués après la clôture de la campagne ?


Deux recours avaient été formés par les listes UMP (Stéphane Decayeux 27.62%) et FN (Patricia Chagnon 20.85%), qui dénonçaient les agissements de l'équipe socialiste dirigée par le maire sortant Nicolas Dumont et élue à la majorité absolue dès le premier tour (51.54%).

En cause : un tract distribué après la fin de la campagne, soit le samedi 22 mars, veille du premier tour. Selon le tribunal, le document  Or Nicolas Dumont : sans ces voix, il y aurait eu un deuxième tour.

Ce tract, selon le tribunal, met en cause "la probité de M. Decayeux et excède ainsi les limites de la polémique électorale" et "sa distribution massive et tardive n'a pas permis" au candidat UMP "d'y répondre". De quoi "altérer la sincérité des opérations électorales" et le résultat du vote, selon les juges, d'autant que Nicolas Dumont n'a été élu "que" par 163 voix d'écart. S'il ne les avait pas rassemblées, il aurait du subir un second tour.


"La victoire du pot de terre contre le pot de fer", selon le FN


Patricia Chagnon ne cache pas sa joie. Elle avait pointer d'autres irrégularités, le jour même du scrutin, sur lesquelles la justice n'a pas jugé nécessaire de statuer... mais quand même, "cette décision donne de l'espoir dans la Justice", confie l'ancienne candidate à la mairie, qui y voit "la victoire du pot de terre contre le pot de fer".

Elle assure qu'avec sa première campagne électorale en tant que tête de liste, elle a "essayé de suivre une campagne propre, honnête, en suivant les règles du jeu". Comme pour promettre qu'elle en fera autant dans la nouvelle campagne qui pourrait s'ouvrir dans plusieurs mois, si la cour d'appel confirme la décision du tribunal administratif.

L'avocat de Nicolas Dumont répète ses arguments


Nicolas Dumont devait donner une conférence de presse jeudi matin, après cette décision du tribunal qu'un membre de son entourage a qualifiée de "grosse surprise".

Me Crépin a souligné que le rapporteur du gouvernement avait recommandé que les deux recours ne soient pas suivis, car le tract incriminé n'était qu'une réponse à un tract de M. Decayeux, diffusé le jeudi 20, et qui contenait, selon l'avocat, des "propos excessifs, avec des éléments totalement mensongers sur les chiffres de la délinquance et l'endettement d'Abbeville".

Quant au caractère tardif du tract, un proche de M. Dumont a réaffirmé qu'il avait été distribué "le vendredi 21 au soir mais pas après minuit".

Le président du conseil général, le socialiste Christian Manable, qui vient d'être élu sénateur, a pour sa part exprimé sa "plus grande stupéfaction" à cette nouvelle, adressant ses "plus vifs encouragements à Nicolas Dumont et à toute son équipe pour la bataille juridique et politique qui s'annonce".

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

On a retrouvé un vitrail à l'effigie de Mamadou N'Diaye, guérisseur et figure historique de Roubaix

Près de chez vous

Les + Lus