PORTRAIT. Qui sont les 18 sénateurs élus dans le Nord et le Pas-de-Calais ?

Les 18 sénateurs du Nord et du Pas-de-Calais. / © MAXPPP
Les 18 sénateurs du Nord et du Pas-de-Calais. / © MAXPPP

18 sénateurs ont été élus, ce dimanche, dans le Nord et le Pas-de-Calais. Quel est leur parcours en politique ? D'où viennent-ils ? Quel mouvement représentent-ils ? On fait le point. 

Par Jeanne Blanquart avec AFP

  • Nord

Jean-Pierre Decool (DVD), un gaulliste de la Flandre maritime


© MAXPPP
© MAXPPP


Jean-Pierre Decool, élu dimanche sénateur du Nord, a été député apparenté UMP de ce département durant trois législatures, de 2002 à 2017. Né le 19 octobre 1952 à Bourbourg, non loin de Dunkerque, M. Decool a été maire de Brouckerque, dans la même aire, et conseiller général. Il a aussi été président de l'association des maires du Nord, et préside depuis 2015 la Fédération des élus non-inscrits du département. Cet ancien enseignant a par ailleurs été membre du Conseil national du bruit, et s'était présenté sans succès aux élections sénatoriales de 2001. Se réclamant du gaullisme, il conduisait une liste divers droite intitulée "les élus locaux s'engagent", récusant "les schémas imposés d'en haut".


Martine Filleul, n°1 du PS nordiste


© MAXPPP
© MAXPPP


Martine Filleul, élue dimanche sénatrice du Nord sur la liste de l'ancien ministre Patrick Kanner, est conseillère départementale et dirige la fédération du PS du département, traversée périodiquement par des tensions entre "hollandais" et "aubrystes". Ancienne conseillère municipale sous Pierre Mauroy et vice-présidente du conseil régional jusqu'en 2008, elle est devenue en 2015 première secrétaire de la fédération PS du Nord, longtemps animée par Gilles Pargneaux, un proche de Martine Aubry. Après la perte du département et de la région, la fédération, l'une des principales du pays, endettée et déficitaire, ne comptait plus en 2016 que 5.700 militants
contre 8.700 en 2013. Proche de Patrick Kanner, cette experte en sociologie urbaine de 64 ans, née à Jeumont dans le Nord, a exercé à Lille comme chercheuse à l'Ecole d'architecture et dispensé des cours à Sciences Po.

Dany Wattebled, un élu divers droite de la métropole lilloise


© MAXPPP
© MAXPPP


Dany Wattebled, élu dimanche sénateur du Nord, est maire divers droite de Lesquin, lieu d'implantation de l'aéroport de la métropole lilloise. Né en 1951 à Lesquin, M. Wattebled administre cette commune de quelque 8.000 habitants depuis 22 ans. Cet ancien chef d'entreprise est depuis 2015 conseiller départemental délégué aux sports et vice-président à la Métropole européenne de Lille, chargé là aussi des sports, depuis 2008. Conseiller départemental du canton de Fâches-Thumesnil depuis 9 ans, Dany Wattebled avait formé sa propre liste, intitulée "La voix des communes et des territoires", pour les élections sénatoriales Il est père de trois enfants.


Olivier Henno, un centriste dans la métropole lilloise


© MAXPPP
© MAXPPP


Olivier Henno, élu dimanche sénateur du Nord sur la liste conduite par Valérie Létard, est un proche de François Bayrou qui appartient depuis toujours à la famille du centre-droit et fait partie de la direction nationale de l'UDI. Né le 21 avril 1962 à Roubaix, ce père de cinq enfants a fait des études supérieures de commerce. Il adhère au CDS et se fait élire pour la première fois en 1989 comme conseiller municipal de Tourcoing, puis comme conseiller régional en 1992. Il est maire de Saint-André depuis 2001, année où il devient conseiller général, réélu en 2008 puis en 2015, accédant au poste de vice-président du conseil départemental. En 2008, il devient 1er vice-président de Lille métropole communauté urbaine chargé de la culture. Il en est toujours vice-président. M. Henno a été nommé secrétaire général adjoint de l'UDI, chargé des élus locaux, par Jean-Christophe Lagarde en 2014.


Frédéric Marchand, un élu local PS passé à LREM


© MAXPPP
© MAXPPP


Frédéric Marchand, élu dimanche sénateur du Nord, est un ancien adhérent du Parti socialiste, qui conduisait la liste de La République en marche dans le département. Agé de 52 ans, M. Marchand, qui n'a pas repris sa carte au PS cette année, est maire depuis 2012 d'Hellemmes. Elu conseiller général du Nord en mars 2011, il a exercé une vice-présidence à l'assemblée départementale de 2011 à septembre 2012, date à laquelle il prend la présidence du groupe socialiste, radical et apparentés, fonction qu'il occupe jusqu'en mars 2014. Investi tardivement par LREM pour les sénatoriales, le nouveau parlementaire s'était rallié à Emmanuel Macron en décembre 2016. Aux dernières législatives, il avait soutenu la députée sortante Audrey Linkenheld (PS) face à la candidate LREM. Sur sa liste aux sénatoriales, figurait en 11e position le ministre des Comptes et de l'Action publics Gérald Darmanin, ancien maire de Tourcoing.


Brigitte Lherbier (LR), spécialiste du droit de la famille


© MAXPPP
© MAXPPP


Brigitte Lherbier, élue dimanche sénatrice du Nord sur la liste Les Républicains, est adjointe au maire de Tourcoing, conseillère régionale des Hauts-de-France et conseillère à la métropole européenne de Lille. Agée de 61 ans, originaire du Pas-de-Calais et titulaire d'un DEA en sciences criminelles, elle s'est spécialisée dans le droit de la famille. Encartée à droite depuis les années 1990, elle entre au conseil municipal de Tourcoing dans l'opposition en 1995 et le reste jusqu'en 2014. Elle passe alors dans la majorité, adjointe chargée de la sécurité au maire Les Républicains Gérald Darmanin, devenu ministre des Comptes publics d'Emmanuel Macron. Ancienne conseillère générale, et suppléante du député du Nord LR Bernard Gérard de 2007 à 2017, elle est élue en 2015 au conseil régional des Hauts-de-France. Mme Lherbier, mariée et mère de deux enfants, a notamment dirigé l'Institut d'études judiciaires de Lille.


Michelle Gréaume, maire communiste près de Valenciennes


© L'Humain d'abord
© L'Humain d'abord


Michelle Gréaume, élue sénatrice du Nord sur la liste communiste, est maire d'une commune de 8.700 habitants historiquement ancrée à gauche près de Valenciennes. Agée de 49 ans, elle a remporté les élections municipales en 2014 d'Onnaing où elle a grandi. Elle y est embauchée à la mairie lors qu'elle a une vingtaine d'années, et y reste 17 ans avant de passer les concours de la fonction publique et d'obtenir une promotion à Saint-Amand-les-Eaux. Elle figurait en deuxième position sur la liste du sénateur sortant communiste Eric Bocquet. Mme Gréaume a deux enfants.


Marc-Philippe Daubresse (LR), ancien ministre de Sarkozy


© MAXPPP
© MAXPPP


Marc-Philippe Daubresse, élu dimanche sénateur LR du Nord, est maire de la commune cossue de Lambersart, dans la banlieue de Lille, ex-député du département et ancien ministre. M. Daubresse, 64 ans, fut membre du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin chargé du logement, puis ministre de la Jeunesse en 2010 sous Nicolas
Sarkozy. Ancien secrétaire général adjoint de l'UMP, sa carrière politique s'est déroulée dans son département du Nord où il a été député UDF, UMP et LR de 1992 à 2017 après avoir été un des principaux conseillers centristes (UDF) de la région Nord-Pas-de-Calais (1986-1992). Né à Lille, M. Daubresse, ancien directeur d'une société de recrutement, est ingénieur diplômé de l'Ecole centrale de Lille. Il commence sa carrière auprès de Norbert Ségard comme chargé de mission à son cabinet au secrétariat d'Etat aux Postes et Télécommunications (1977-1980). M. Daubresse est marié et père de trois enfants.


Patrick Kanner, du gouvernement Valls au Sénat


© MAXPPP
© MAXPPP


Patrick Kanner, 60 ans, élu dimanche sénateur du Nord, est un fidèle soutien de François Hollande, en délicatesse avec la figure de proue des socialistes dans le département, Martine Aubry. Militant socialiste depuis ses 17 ans, Patrick Kanner a fait toute sa carrière dans la politique, parallèlement à un enseignement de droit
public pendant 15 ans, comme maître de conférence associé à l'université de Lille. Il est élu pour la première fois en 1989 au conseil municipal de Lille et devient le plus jeune adjoint au maire Pierre Mauroy. Il sera adjoint dans les trois mandatures suivantes, y compris auprès de Martine Aubry. En 1998, Patrick Kanner devient conseiller général et sera constamment réélu, prenant la présidence du conseil départemental en 2011. En 2014, il s'oppose vivement à la suppression de cette institution par la réforme territoriale. Cela ne l'empêche pas d'entrer au gouvernement la même année, devenant ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Tout en gardant ce portefeuille, il se présente aux élections cantonales de mars 2015 et est à nouveau élu. Parallèlement, ses relations avec Martine Aubry se dégradent, la politique gouvernementale s'éloignant de plus en plus des orientations souhaitées par l'ex-première secrétaire, qui revendique son attachement aux fondamentaux socialistes.


Eric Bocquet, communiste dans l'âme


© MAXPPP
© MAXPPP


Eric Bocquet, 59 ans, a été ré-élu via la liste "L'Humain d'abord ! Au coeur de la République". Elu maire de Marquillies en 1995, il est aussi conseiller communautaire de Lille Métropole Communauté urbaine. Il a écrit un livre avec son frère Alain Bocquet, député du Nord et maire de Saint-Amand-les-Eaux, qui s'intitule "Sans domicile fisc", à propos de l'évasion fiscale.


Valérie Létard (UDI), une proche de Borloo


© MAXPPP
© MAXPPP


Valérie Létard, 55 ans, a été ré-élue sous l'étiquette UDI. Née à Orchies, elle est aussi première vice-présidente du conseil régional des Hauts-de-France. Elle début réellement sa carrière en politique en devenant directrice du contrat de ville à Valenciennes, sur la proposition de Jean-Louis Borloo. En 2001, elle entre pour la première fois au Sénat avec Jean-René Lecerf. En 2007, Valérie Létard est nommée secrétaire d'État chargée de la Solidarité par le président de la République, Nicolas Sarkozy. Proche de Xavier Bertrand, elle est en charge au conseil régional des solidarités avec les territoires, contrat de plan État-région, des fonds structurels européens, et de l'aménagement du territoire.

  • Pas-de-Calais

Michel Dagbert (PS), président du conseil départemental


© MAXPPP
© MAXPPP


Michel Dagbert, élu dimanche sénateur socialiste du Pas-de-Calais, préside le conseil départemental. Originaire de l'ex-bassin minier, âgé de 55 ans, il adhère au PS en 1978, puis enchaîne à partir de 1983 les mandats de conseiller municipal et d'adjoint à Barlin (7.700 habitants) près d'Arras avant de s'installer dans le fauteuil de maire de 2002 à 2014. Il entre en 2002 au conseil général du Pas-de-Calais, dont il prend la présidence en 2014. Il milite notamment pour la concrétisation du canal Seine-Nord, qui doit relier la Seine au réseau fluvial de l'Europe du Nord pour le transport de marchandises. M. Dagbert, marié et père de trois enfants, a travaillé pendant plus de 20 ans comme aide-soignant.


Sabine Van Heghe, élue locale MRC


© PCF
© PCF


Sabine Van Heghe, élue dimanche sénatrice du Pas-de-Calais sur la liste socialiste, est adjointe au maire de Dourges (5.700 habitants), dans l'ex-bassin minier, désormais fief électoral du FN. Agée de 57 ans, membre du Mouvement républicain et citoyen (MRC), elle figurait en 2e position sur la liste de Michel Dagbert, président PS du conseil départemental. Originaire d'Hénin-Beaumont, titulaire d'un BTS d'assistante de direction, elle a travaillé à la mairie de Lens puis pour le groupe divers gauche au sein de la communauté d'agglomération de Lens-Liévin. Mère de 3 enfants, elle a était conseillère et vice-présidente du conseil général (2008-2014).


Catherine Fournier (LR), maire de Fréthun


© AMF62
© AMF62


Catherine Fournier, 62 ans, élue dimanche sénatrice du Pas-de-Calais, est maire de Fréthun depuis 1995. Née à Boulogne-sur-Mer, Catherine Fournier a grandi à Fréthun, où est située l'entrée du tunnel sous la Manche près de Calais, avant de faire ses études supérieures à Lille. Titulaire d'un DUT de finances comptabilité, elle revient à Fréthun et devient chef d'entreprise dans le tourisme jusqu'en 2004, date à laquelle elle travaille dans une société d'export. Longtemps étiquetée Divers droite, elle s'est encartée pour la première fois de sa carrière en 2012 avec la création de l'UDI par Jean-Louis Borloo. Mariée, mère de deux enfants, Mme Fournier est également conseillère régionale des Hauts-de-France depuis 2016, membre de la commission travail. Elle est également vice-présidente de la communauté d'agglomération Grand Calais Terres et Mer, en charge du logement.


Jean-Pierre Corbisez, figure PS de l'ex-bassin minier et dissident


© MAXPPP
© MAXPPP


Jean-Pierre Corbisez, 57 ans, élu dimanche sénateur du Pas-de-Calais, est une figure du PS dans l'ex-bassin minier, désormais fief électoral du FN. Adhérent du PS depuis 1986, maire de Oignies (9.600 habitants) depuis 1995, il est également président de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin (125.000 habitants) depuis 2008. La désignation d'une liste socialiste dans ce département a abouti à un duel fratricide entre une liste conduite par le président du département, Michel Dagbert, se prévalant d'être le candidat officiel du PS, et une liste dissidente conduite par le maire de Oignies. M. Corbisez est marié et père de 2 enfants.


Jean-François Rapin, proche de Xavier Bertrand


© MAXPPP
© MAXPPP


Jean-François Rapin a été ré-élu sur la liste "Pour le Pas-de-Calais, pour la France", soutenue par Xavier Bertrand. Né en 1966 à Boulogne-sur-Mer, il a suivi des études médecine à Lille avant de s'installer à Merlimont. Ancien du RPR, il passe ensuite à l'UMP. Il devient sénateur en janvier 2016, suite à la démission de Natacha Bouchart. 


Jean-Marie Vanlerenberghe, l'Arrageois en Marche


© MAXPPP
© MAXPPP


A 78 ans, Jean-Marie Vanlerenberghe a été ré-élu sous l'étiquette "Le Pas-de-Calais en Marche !". Ancien UDI-MoDem, avec qui il avait été élu sénateur en 2011, il a étalement été maire d'Arras et député européen. Originaire de Bully-les-Mines, il a soutenu Alain Juppé à la primaire de la droite et du centre, avant de parrainer Emmanuel Macron. Sa fille, Isabelle Florennes, a elle été élue députée dans le département des Hauts-de-Seine. 


Dominique Watrin, l'Humain d'abord


© MAXPPP
© MAXPPP


Dominique Watrin a été ré-élu sur la liste "L'Humain d'abord - Justice pour le Pas-de-Calais - Liste de rassemblement de la gauche communiste, républicaine et citoyenne". Il avait déjà été élu en 2011 pour le Parti Communiste. Maire de Rouvroy, Dominique Watrin est également membre de la commission des affaires sociales et vice-président de la délégation sénatoriale aux entreprises. 


A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Les éléphantes du zoo d'Amiens partiront en novembre

Près de chez vous

Les + Lus