A quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle, découvrez les propositions des candidats sur les sujets qui touchent particulièrement notre région : travailleurs détachés, accords du Touquet, apprentissage... Sur chaque sujet, pour savoir ce qu'ont déclaré chacun des candidats, cliquez sur leur visage. 

Sommaire

1. L'apprentissage
2. La directive travailleurs détachés
3. La réforme territoriale
4. Le Canal Seine-Nord
5. La délocalisation de Whirlpool
6. Les accords du Touquet
7. La revitalisation des zones rurales

1. L'apprentissage

La région Hauts-de-France est l'une des pionières quant à la valorisation de l'apprentissage. En 2016, le conseil régional des Hauts-de-France lance un plan d'action pour passer de 33 000 apprentis à 50 000 en 5 ans.

Considéré comme l'un des recours possibles au chômage des jeunes, l'apprentissage (ou l'aternance) est une des questions phares du débat présidentiel. La quasi-totalité des candidats souhaite ainsi développer l'apprentissage, soit en abaissant l'âge minimum pour suivre cette forme d'études, soit en le rendant possible dans un autre pays européen. Seul Jean-Luc Mélenchon entend laisser le système d'alternance tel qu'il est aujourd'hui. Enfin, Philippe Poutou pose comme condition de ne pas rémunérer les apprentis en dessous du Smic, pour limiter la précarité des jeunes.

Cliquez sur les candidats pour connaître leurs propositions concernant l'apprentissage :



Comparateur - L'apprentissage

 

2. La directive travailleurs détachés

La directive européenne concernant le détachement de travailleurs a été votée en 1996 et concerne particulièrement les zones frontalières, dont la région des Hauts-de-France. En théorie, elle est censée faciliter la circulation du travailleur "qui, pendant une période limitée, exécute son travail sur le territoire d’un Etat membre autre que l’Etat sur le territoire duquel il travaille habituellement".

Mais cette directive est régulièrement accusée de favoriser le "dumping social", contre lequel elle est pourtant censée agir. Ainsi, plusieurs problèmes ont été recensés concernant ces travailleurs, comme la non-déclaration des salariés, le contournement des règles en vigueur ou encore l’apparition de montages financiers pour contourner l’esprit de la loi.

La plupart des candidats entendent donc abroger cette directive, ou du moins la renégocier.

Cliquez sur les candidats pour connaître leurs propositions concernant la directive travailleurs :


Comparateur - La directive travailleurs détachés

 

3. La réforme territoriale

La réforme territoriale, conclue à travers la loi NOTRe, a permis au pays de passer de 22 régions à 13 grandes régions. Le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie ont alors fusionné pour devenir les Hauts-de-France.

Les compétences des régions ont été renforcées, comme pour celles des métropoles et des intercommunalités. Mais cette réforme de grande ampleur a été très critiquée, notamment au sein de l'opposition.

Aujourd'hui, plusieurs candidats proposent de revenir à la situation d'avant la loi NOTRe. François Fillon entend rapprocher les régions des départements, tandis que Benoît Hamon défend une "stabilisation" de l'organisation territoriale.

Cliquez sur les candidats pour connaître leurs propositions concernant la réforme territoriale :


Comparateur - La réforme territoriale

 

4. Le Canal Seine-Nord

Le Canal Seine Nord est un projet visant à relier le port du Havre au Benelux, en créant une nouvelle voie de 106 km entre l'Oise et le canal Dunkerque-Escaut, dans le Nord. Au départ, le coût du projet est estimé 4,3 milliards d’euros, sous la forme d'un Partenariat Public Privé (PPP). 

En novembre dernier, l'État et les régions Hauts-de-France et Île-de-France annoncent un accord pour le financement du projet, dont la construction devrait démarrer en 2017. Mais pour beaucoup, le coût du projet est trop important et la construction de ce canal n'est pas prioritaire. 

Parmi les candidats à l'élection présidentielle, Benoît Hamon propose de ré-examiner le projet selon l'accord passé avec Yannick Jadot, Emmanuel Macron est lui favorable à la construction du Canal. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il trouve que le projet n'est pas nécessaire et urgent. 

Cliquez sur les candidats pour connaître leurs propositions concernant le Canal Seine-Nord :


Comparateur - Le Canal Seine - Nord

 

5. La délocalisation de Whirlpool

En janvier dernier, les 290 employés de l'usine Whirlpool, à Amiens, ont appris qu'ils allaient perdre leur emploi. En cause, la délocalisation de leur usine en Pologne, où la main d'oeuvre est moins chère.

La production sera maintenue jusqu'au mois d'avril 2018, avant de ralentir, jusqu'à l'arrêt programmé au 1er juin de la même année.

Le sujet est entré dans le débat présidentiel, notamment grâce au soutien de François Ruffin, journaliste réalisateur de "Merci Patron" et candidat aux élections législatives. 

Si Nathalie Arthaud est contre la fermeture et pour l'interdiction pure et dure des licenciements, d'autres, comme Nicolas Dupont-Aignan, appellent au boycott.


Cliquez sur les candidats pour connaître leurs propositions concernant la déclocalisation de l'usine Whirlpool :


Comparateur - La délocalisation de Whirlpool

 

6. Les accords du Touquet

Signés le 4 février 2003, les accords du Touquet unissent la Grande-Bretagne et la France, suite à la fermeture du centre de Sangatte. Concrètement, ils ont permis aux agents français de faire des contrôles en Grande-Bretagne et vice-versa. 

Pour Xavier Bertrand, Président de la région Hauts-de-France, cela revient à déplacer la frontière côté français. Pour les demandes d'asile, tout dépend... du départ du navire. Si la demande d’asile est effectuée avant que le bateau ne parte pour l'Angleterre, c’est à la France de traiter la demande. Une formule qui rend la France davantage responsable des demandes d'asile que l'Angleterre. 

Dans le débat présidentiel, plusieurs candidats ont déclaré vouloir revenir sur ces accords. Emmanuel Macron indique qu'il faut être "plus exigeant" avec la Grande-Bretagne, tandis que François Fillon a affirmé à plusieurs reprises vouloir "renégocier" ces accords. 

Cliquez sur les candidats pour connaître leurs propositions concernant les accords du Touquet :


Comparateur - Les accords du Touquet

 

7. La revitalisation des zones rurales

La question de la revitalisation des zones rurales est un des thèmes importants de cette campagne électorale. Le sujet touche de nombreux territoires dans la région, notamment en Picardie, particulièrement victimes des "déserts médicaux" et des problèmes de couverture numérique. 

Sur ce point, peu de débat entre les candidats : tous s'accordent à vouloir lutter contre l'absence de médecins dans les zones rurales, même si les méthodes diffèrent. Emmanuel Macron souhaite ainsi doubler le nombre de maisons de santé, quand Nicolas Dupont-Aignan propose d'améliorer la rémunération des médecins dans les déserts médicaux.

Cliquez sur les candidats pour connaître leurs propositions concernant la revitalisation des zones rurales : 


Comparateur - La revitalisation des zones rurales