Le RC Lens battu à Bollaert par Nîmes : ça commence mal...

Ripart marque le 1er but pour Nîmes
Ripart marque le 1er but pour Nîmes

2ème défaite en 2 matchs...

Par EM

"Le début de saison est compliqué, ce serait idiot de ne pas le constater." C'est Gervais Martel, le président du RC Lens qui parle. Et il a raison. 0 points en deux matchs : difficile de faire moins bien. 
Lens - Nîmes 1-2


Ce vendredi soir, pour le retour à Bollaert, 3 mois après la cruelle déception de la dernière journée, tout avait pourtant bien commencé. Un but dès la 6ème minute par Cristian Lopez, bien lancé par Fortuné. Puis tout s'enchaîne mal... Avec d'abord la sortie sur blessure, au quart d'heure de jeu, de la recrue phare de cette saison : Mouaad Madri. Fracture du tibia qui devrait éloigner le joueur des terrains pour plusieurs mois. "Je crains une grosse fracture, commentait à l'issue de la rencontre Alain Casanova, l'entraîneur artésien. C’est dur pour lui et le club. Quand cela arrive, on est meurtri dans sa chair". 


Sur le terrain, le RC Lens s'éteint et c'est Nîmes qui se crée des occasions. Les Crocodiles manquent même l'égalisation sur pénalty. Vachoux réussit à l'arrêter brillamment. 

Après la mi-temps, les Lensois laissent passer leur chance avec notamment une grosse occasion manquée de Lopez. Nîmes reprend la main dans les 20 dernières minutes et se montre hyper efficace dans les toutes dernières. Renaud Ripart égalise à la 88ème et 2 minutes plus tard, c’est Téji Savanier qui marque le but de la victoire. « J’ai le sentiment que nous n’avons rien volé à personne et que nous méritons notre victoire. Nous avons un état d’esprit que je pense irréprochable. Même en étant menés 1-0 à Lens, nous avons pensé que nous pouvions revenir", explique le 1er buteur nîmois.

Il est interdit de concéder des défaites en fin de match


Soirée à oublier pour les Lensois qui se plongent déjà dans le doute. "Là où je suis le plus frustré, c’est que cela fait 2 fois que nous perdons dans les 10 dernières minutes, commente le milieu de terrain lensois Thomas Ephestion. Nous savons qu’avec nos ambitions, il est interdit de concéder des défaites en fin de match. La force d’une équipe, c’est l’exigence, à tous les niveaux. Il faut savoir fermer quand il faut fermer et jouer au ballon quand il faut jouer au ballon. Ce vendredi soir, nous l’avons fait à l’envers. Cela fait 0 point alors que nous savons que nous sommes dans un club au sein duquel nous ne pouvons pas perdre comme ça."

« La montée ne se joue pas en mai, gagnez ! » pouvait-on lire en début de match sur une banderole. Les 25000 supporters présents sont bien conscients que ce mauvais début de saison est un peu inquiétant. Certains ont (déjà) réclamé la démission d'Alain Casanova. Ça commence mal...

Sur le même sujet

Comment expliquer la vague de chaleur de cette mi-octobre ?

Près de chez vous

Les + Lus