"Il faut s'interroger sur le comportement de certains supporters". Pour Philippe De Mesters, aucun doute : la rupture de la barrière de l'une des tribunes du stade de la licorne samedi soir n'a rien à voir avec les travaux en cours sur la structure : "ce sont des travaux qui consistent à changer la couverture du stade (...). C'est un évènement qui est à mettre en rapport avec la violence de certains supporters", pointant ainsi du doigt le comportement irresposnable de certains d'entre eux.

Philippe De Mesters a par ailleurs précisé qu'avant chaque match, une commission de sécurité inspecte le stade pour valider ou non sa conformité et que lors de la montée de l'Amiens SC en ligue 1, la LFP avait jugé le stade capabale d'accueillir des matches de L1. Et la nouvelle tribune Est de l'enceinte, qui n'est pas celle mise en cause, avait été homologuée mi-septembre.

Philippe De Mesters, préfet de la Somme

Propos recueillis par Marie Sicaud et Jean-Louis Croci  - France 3 Picardie


Une position également défendue par Alain gest, le prséident d'Amiens Métropole, propriétaire de la structure, lors de la conférence de presse organisée en urgence après les faits : 

Alain Gest, président d'Amiens Métropole

Propos recueillis par Marie Sicaud et Jean-Louis Croci  - France 3 Picardie



Samedi soir, quelques minutes après le coup d'envoi du match ASC/LOSC au stade de la Licorne à Amiens, la barrière d'une tribune réservée aux supporters lillois s'est effondrée sous leur poids, faisant 29 blessés dont 5 graves.

Une enquête a été immédiatement ouverte pour blessures involontaires par le procureur de la République d'Amiens.