Viticulture : les atouts des vieux cépages face au réchauffement climatique

La hausse des températures n'est pas propice à la viticulture. Depuis 4 ans, des scientifiques étudient la question sur tous les terroirs pour créer le vin du futur, mais en Languedoc Roussillon, des vignerons regardent plutôt vers le passé et certains fondent leurs espoirs sur les vieux cépages.

  • Par Isabelle Bris
  • Publié le
© F3LR

© F3LR


Des vendanges de plus en plus précoces, des vins de plus en plus alcoolisés, le soleil serait il devenu l'ennemi du vin ? Plus le climat se réchauffe et plus l'avenir de notre viticulture semble s'assombrir.

Selon les prévisions les plus pessimistes, dans 35 ans, on pourrait cultiver de la vigne au sud de l'Angleterre comme en Pologne, tandis qu'au sud de l'Espagne, tout sera grillé. 

S'adapter au changement climatique tout en tentant de réduire l'usage de pesticides, le défi est de taille. 

L'un des axes des recherches menées depuis 4 ans par l'Inra porte sur les cépages. Certains parmi les plus anciens résistent bien à la sécheresse et murissent tardivement : de précieuses qualités à exploiter.

Le vieux cépage, c'est le dada de Jean philippe Granier. Ce vigneron se bat pour la qualité des AOC Languedoc depuis des années. Pour lui, le cépage ancien est la meilleure arme contre le changement climatique, une arme naturelle qui, en plus, a du goût.

Mais les scientifiques ne sont pas aussi enthousiastes : si les vieux cépages sont économes en eau, ils ont aussi des défauts : ils produisent peu et peuvent être sensibles aux maladies. Pourtant, nos voisins d'europe du sud semblent déjà avoir misé dessus.

Un vaste programme de recherche se développe autour de ces enjeux : il associe la génétique, l'agronomie, l'œnologie et l'économie. En 4 ans, de nombreuses de pistes de travail ont été rescencées.

L'usage des vieux cépages pour obtenir un vin équilibré et pas trop élevé en alcool fait partie des réponses possibles, mais elle n'est pas la seule. 




Viticulture/Hérault : les vieux cépages comme remède au réchauffement climatique

Reportage : I.Bris et J .Morch  -  F3LR

 

  • Vendanges en Corrèze : se faire une place en Nouvelle-Aquitaine

    Les vendanges battent leur plein et notamment en Corrèze dans le Pays de Brive. Si on est loin des 16 700 hectares de la fin du XIXe siècle, les viticulteurs ne renoncent pas à se faire une place dans la terre viticole de la Nouvelle-Aquitaine. Une AOC pourrait bientôt voir le jour.

    Mis à jour aujourd'hui à 16h13
  • Ain: dans les vignobles les machines remplacent les vendangeurs

    Dans l'Ain, il n'est pas rare de croiser des machines agricoles au coeur des vignes. elles remplacent souvent les vendangeurs saisonniers. La mécanisation des vendanges semble être une solution pour récolter plus vite, à moindre coût et, semble-t-il pour faire un vin de qualité.

    Mis à jour le 26/09/2016
  • Une drôle de machine pour les vendanges

    Les vendanges se poursuivent. C'est au tour des rouges d'être ramassés. Au Château Haut-Lagrange à Léognan, une drôle de machine vient en aide aux ramasseurs.

    Mis à jour le 26/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

Plateau de la Margeride (48) : comptage et brame des cerfs

Aux premiers jours de l'automne, dans les massifs de la Lozère, c'est la période des amours pour les cerfs. Celle du brame. Un moment privilégié qui permet à la fédération de chasse du département d'effectuer un comptage des cervidés. Reportage en Margeride, à Arzenc-de-Randon.

Reportage : J.P.Faure et Y. le Teurnier

© F3 LR

les + lus
les + partagés