publicité

Banyuls : des viticulteurs s'opposent à une opération de démoustication

Estimant avoir été prévenus trop tard, des viticulteurs de Banyuls dans les Pyrénées-Orientales ont bloqué une camionnette de l'EID, l'entente interdépartementale de démoustication, chargée de démoustiquer la ville où un cas de chikungunya a été détecté.

  • Par Jean-Marc Huguenin
  • Publié le , mis à jour le
Le moustique tigre peut transmettre le virus du Chikungunya. © AFP

© AFP Le moustique tigre peut transmettre le virus du Chikungunya.


L'opération de démoustication devait débuter ce vendredi matin vers 4h00, mais les habitants, principalement des viticulteurs s'y sont opposés. Ils reprochent aux services de l'Agence régionale de santé et au conseil général des Pyrénées-Orientales de les avoir avertis trop tard.

L'information avait été transmise la veille au soir sur des affichettes réparties dans la ville de Banyuls. On pouvait y trouver quelques indications concernant notamment les précautions à prendre pendant la durée de l'opération de démoustication.

Le véhicule de l'entente interdépartementale de démoustication est en effet équipé d'un pulvérisateur qui envoie un insecticide pouvant provoquer des troubles sanitaires. L'agence régionale de santé avait mandaté ce service après la détection d'un cas de Chikungunya sur une habitante de Banyuls qui revenait d'un séjour aux Antilles.
Banyuls : des manifestants bloquent une opération de démoustication


Le communiqué de la préfecture des Pyrénées-Orientales

Dans le département des Pyrénées-Orientales, il n’y a pas de cas autochtone de dengue ou de chikungunya, maladies transmises à l’homme par le moustique.

Néanmoins, une personne résidant à Banyuls-sur-Mer a été infectée par le chikungunya après avoir effectué un voyage dans les Antilles françaises.

Dans le cadre des dispositions spécifiques du plan ORSEC départemental relatives à la dissémination du chikungunya et de la dengue, il avait été décidé d’organiser ce matin un traitement de lutte anti-vectorielle limité autour de l’habitation de la personne concernée, car même si le risque est faible, on ne peut pas écarter la possibilité d’une rencontre entre la personne malade et le moustique potentiellement vecteur.

Cette opération n’a pas pu être réalisée compte tenu de l’opposition manifestée par certains riverains. Opposition qui ne justifie pas car l’opération sur les zones de moustique ne présente pas de risque.
Aussi une réunion d’information publique sera organisée ce jour, à 16h00, à la mairie de Banyuls-sur-mer où me représentera le directeur du cabinet, en présence des services compétents au premier rang desquels, l'Agence Régionale de Santé.
Cette réunion aura comme objectif de rappeler l’importance de l’opération de traitement envisagée, en soulignant l’innocuité du traitement pour les hommes et les animaux, dès lors que le protocole technique d’utilisation et les consignes pour les riverains sont respectés, au moment de l’intervention et durant une heure après l'intervention.

les + lus
les + partagés