publicité

Trois toreros pour de vrai et deux individus pour de faux...

On peut apprécier plus ou moins leur tauromachie. Certains soulignent leur excès de populisme. N'empêche qu'ils ont rempli la Maestranza. Soudain, deux anti-corrida sautent en piste à la mort du premier toro. L'un d'eux parvient à se coucher sur la dépouille.Un geste aussi pathétique que lâche...

Mis à jour aujourd'hui à 02h52

Le prince Manzanares n'a pas besoin de porte...

Il est besoin d'expliquer le titre: aux arènes de la Maestranza de Séville, tous les toreros ont la légitime obsession d'ouvrir la Porte du Prince. Il faut trois oreilles.Hier, Manzanares qui d'habitude estoque si bien, s'est enrayé à l'épée. Qu'importe, subjuguée, l'aficion l'a ouverte pour lui.  

Mis à jour le 25/04/2015

VIctorino et Ferrera au zénith

Enfin des Toros avec un T majeur, après six jours de lots sans caractère ni force, Victorino Martin remet sur les rails la feria de Séville. Un camouflet pour les Domecq ? Non.Travail et passion pour rendre heureux les gradins. Elever le premier héros de la corrida. Le vrai toro de combat...  

Mis à jour le 24/04/2015

José Garrido, la nouvelle génération

On frôle la catastrophe ganadera. Encore une corrida anéantie une fois de plus par le bétail. Long, fade, faible, insipide cheptel. A la Maestranza, le public est gentil mais la patience a ses limites, même dans le toreo. Interminable session où il fallut attendre pour vibrer enfin...

Mis à jour le 23/04/2015

Des toros pour la casse

Au premier toro on crut à la corrida "Made in Maestranza": soleil, chaleur, belles andalouses, robes de gitanes, fiancés lustrés, musique, calèches en partance pour les casetas, toritos braves et nobles, toreros héros. A l'arrivée, un désastre. Un de plus...

Mis à jour le 22/04/2015

Etoiles éteintes

Les toros de « Torrestrella », littéralement « la tour de l’étoile » n’ont donné aucune option aux toreros, excepté le 3ème, enfin actif, noble et encasté dont profite Pepe Moral. A la Maestranza, tout le monde s’ennuie et soupire. A commencer par les toreros…

Mis à jour le 21/04/2015

Le Seigneur Manzanares

Manzanares a remis, hier à la Maestranza, quelques carillons à l'heure. Seul à combler l'absence du G-5, il a rempli les arènes et coupé deux oreilles indiscutables. Ses toros, cantonnés aux planches, n'avaient que douze passes. Il en a trouvé le double et les a estoqué recta. Royal Manzanares.

Mis à jour le 19/04/2015

Pepe Moral sauve les meubles

Décevants toros de Montalvo, décastés, faibles, sans jus ni force. Autant ceux de l'an dernier avaient conquis le public sévillan, autant ceux d'hier ont anéantis la troisième corrida de ce cycle. Ajoutez-y deux sobreros d'une interminable corrida et, au final, sauvant les meubles, Pepe Moral...

Mis à jour le 18/04/2015

Fuente Ymbro's, toros de valeur sûre

 Présence et prestance: six toros de Fuente Ymbro de l'éleveur Ricardo Gallardo, qui torée dans le callejon de la Maestranza: Il harangue les toreros, leur montre la main gauche, la droite, leur dit se placer ici ou là. Pour mieux faire avec ses toros qui, au final, gagnent la partie...

Mis à jour le 17/04/2015

Signes du toro du 19 avril à 10 h 40 : demandez le programme !

Dans le numéro d'Avril de Signes du toro, il est question d'Arles, de Cordoue, d'Israël et du Mexique. On voit des toreros de 24 à 66 ans, on rencontre un chanteur flamenco qui prend la cape et un torero qui troque l'épée pour le stylo. Et on dira après ça que la tauromachie n'est pas universelle.
Mis à jour le 15/04/2015

Pages