publicité

Municipales 2014 à Toulouse : Jean-Luc Moudenc (UMP) dévoile sa liste constituée "à 50 % par la société civile"

Le candidat UMP à la mairie de Toulouse a dévoilé l'intégralité de sa liste pour le prochain scrutin des 23 et 30 mars 2014. Le jour-même où son principal adversaire, le maire sortant PS Pierre Cohen, lançait sa campagne.

  • Par Fabrice Valery
  • Publié le 09/12/2013 | 15:58, mis à jour le 09/12/2013 | 18:38
Jean-Luc Moudenc avec ses colistiers © F. Valéry / France 3 Midi-Pyrénées
© F. Valéry / France 3 Midi-Pyrénées Jean-Luc Moudenc avec ses colistiers
Jean-Luc Moudenc, candidat UMP à l'élection municipale de mars prochain à Toulouse et ancien maire de la ville rose (2004-2008) a présenté ce lundi l'intégralité de sa liste pour ce scrutin.

Le candidat avait déjà dévoilé pas mal de noms ces dernières semaines au cours de plusieurs conférences de presse. Lui compris, 42 personnes figurant sur la liste étaient déjà connus : ceux de ses colistiers issus de l'UMP et d'une dizaine de personnes de la "société civile" parmi lesquelles Pierre Trautmann qui fut directeur général des services de la mairie de Toulouse pendant 24 ans avec Dominique Baudis, Philippe Douste-Blazy et Jean-Luc Moudenc. Il manquait donc 27 noms pour arriver aux 69 nécessaires à Toulouse.

Laurence Arribagé en deuxième position

Il restait surtout à délivrer des informations sur la "hiérarchie" au sein de la liste. Notamment pour la première femme, celle qui sera seconde de liste, la loi obligeant l'alternance homme-femme : et il s'agit d'une très proche de Jean-Luc Moudenc qui occupera ce poste. Laurence Arribagé, 43 ans, est aussi sa suppléante au poste de député et la secrétaire départementale de l'UMP de Haute-Garonne. 
Laurence Arribagé, deuxième sur la liste Moudenc © F. Valéry / France 3 Midi-Pyrénées
© F. Valéry / France 3 Midi-Pyrénées Laurence Arribagé, deuxième sur la liste Moudenc

Quid de l'UDI ?

Les sondages lui étant pour le moment tous défavorables, Jean-Luc Moudenc a choisi d'accélérer sa campagne et de ne pas attendre un éventuel accord entre l'UDI de Jean-Louis Borloo et l'UMP sur les grandes villes dont Toulouse. Il y a donc sur sa liste quelques noms de membres de l'UDI comme l'universitaire Jean-Michel Lattes (ancien maire-adjoint et proche de Jean-Luc Moudenc) ou Jean-Jacques Bolzan, ancien proche de Christine de Veyrac parti rejoindre le candidat UMP au printemps dernier. Mais en l'absence d'un accord politique, la liste ne réunit pas l'ensemble du centre et de la droite républicaine, comme le souhaitait le candidat qui avait souffert en 2008 de la dispersion des voix au premier tour. 

Pas de fusion entre les deux tours

Mais Jean-Luc Moudenc ferme la porte à tous les retardataires : il précise que cette liste ne changera pas et qu'il n'y aura aucune fusion avec d'autres listes entre les deux tours de l'élection. Dont acte. 

"On est les premiers"

Jean-Luc Moudenc se félicite d'être le premier des candidats à présenter son équipe au complet. Une liste de "large union". "Nous tournons le dos aux querelles, aux divisions partisanes ou personnelles", précise le candidat. Jean-Luc Moudenc insiste aussi sur la "parité" entre les membres des partis politiques et les membres de la société civile sur cette liste : 34 de ses 68 colistiers ne sont pas militants dans un parti : enseignants, chefs d'entreprise, universitaires, etc. 82 % des colistiers de Jean-Luc Moudenc n'ont pas eu de mandat avant 2008.

EN VIDEO / le reportage de Corinne Lebrave et Olivier Denoun sur cette journée des municipales à Toulouse avec le lancement de campagne de Pierre Cohen et la présentation de la liste de Jean-Luc Moudenc
Cohen et Moudenc en campagne

Un "70ème homme" spécialiste de la sécurité... mais pas sur la liste

Jean-Luc Moudenc a également glissé qu'une 70ème personne sera aux côtés de l'équipe : un professionnel de la sécurité qui rejoindra l'équipe en tant que "chargé de mission" sur la sécurité en cas de victoire de Jean-Luc Moudenc. Mais le candidat s'est refusé à livrer le nom de cette "personnalité qualifiée" encore en fonction professionnelle. 

L'éventualité d'une triangulaire

Plusieurs sondages donnant le Front National, conduit par Serge Laroze, en capacité de franchir les 10 % et de pouvoir se maintenir pour la première fois au second tour à Toulouse, Jean-Luc Moudenc a réagi aux propos de Pierre Cohen, tenus quelques heures plus tôt lors de son lancement de campagne, qui affirme ne pas vouloir d'une triangulaire. Pour le candidat UMP, qui a le sens de la formule, "il y a deux moyens de voter pour Pierre Cohen : soit le bulletin avec le poing et la rose, soit le bulletin avec Laroze !"

Document : les 69 membres de la liste Moudenc (document fourni par l'équipe du candidat)


les + lus

les + partagés