Le "plus grand mathématicien du XXème siècle", Alexandre Grothendieck meurt en ermite en Ariège

Le mathématicien s'est éteint à 86 ans jeudi 13 novembre à l'hôpital de Saint-Girons. Il vivait en ermite depuis les années 90, près du village de Lasserre (Ariège). 

  • Par Fabrice Valery
  • Publié le , mis à jour le
Une des rares images d'Alexandre Grothendieck

Une des rares images d'Alexandre Grothendieck

Alexandre Grothendieck, 86 ans, qui vivait retiré du monde depuis plus de 20 ans à Lasserre en Ariège, est décédé jeudi 13 novembre à l'hôpital de Saint-Girons. Il était considéré comme le plus grand mathématicien du XXème siècle. 

Il était né à Berlin en 1928 et avait reçu la médaille Fields, la plus haute distinction en mathématiques, en 1966. Ses parents avait quitté l'Allemagne avec la montée du nazisme et rejoint l'Espagne pour participer à la lutte aux côtés des républicains. Confié à une famille allemande, le petit garçon d'origine juive est exfiltré d'Allemagne et retrouve ensuite ses parents en pleine seconde guerre mondiale mais son père Sacha est arrêté, interné au camp du Vernet en Ariège, puis déporté à Auschwitz où il meurt en 1942.

Alexander devient Alexandre et s'installe après la guerre à Montpellier avec sa mère puis à Paris où il fait de brillantes études de mathématiques. Il devient l'un des spécialistes de la géométrie algébrique

En 1966, il reçoit la médaille Fields mais refuse de se rendre en URSS pour recevoir son prix. 

Il épouse ensuite les thèses écologistes et antimilitaristes et s'éloigne, dès les années 70, du milieu scientifique. Voyageant dans divers pays, il finit pas s'installer en Ariège en 1990. Il y vivra en ermite jusqu'à sa mort ce 13 novembre (ci-contre une des rares photos de lui prise en 1988).

"J'ai découvert l'existence d'Alexandre Grothendieck lors de mon élection à la
mairie en 2001"
, a raconté à l'AFP le maire de Lasserre, Alain Bari, enseignant en mathématiques dans le supérieur à Toulouse.

Peu après son élection, l'édile a eu un premier contact avec Alexandre Grothendieck lors de l'incendie de sa maison : "Il refusait que les pompiers interviennent et voulait qu'ils laissent brûler sa maison. Après réparation, il y resta finalement. Je l'ai revu quelque temps plus tard car il refusait de couper des arbres menaçant la propriété voisine en cas de chute. Un comportement qui démontrait son refus de vivre en société. Il était une sorte d'ermite moral, proche du village mais n'y ayant aucun contact".

Alain Bari a tenté en vain de nouer le dialogue mais il a reçu une lettre du mathématicien, où il expliquait "qu'il ne voulait avoir de contact avec personne et d'aucune nature qu'elle soit professionnelle, officielle ou privée".

Il n'avait plus de contact avec ses quatre fils et sa fille, selon le maire, qui est également conseiller général UMP. Ses enfants, alertés de la santé de plus en plus précaire d'Alexandre Grothendieck sont quand même parvenus à le joindre, prévenant les services sociaux que leur père nécessitait des soins.

"Ils sont tous venus, pendant un mois environ pour l'assister. Une présence discrète, respectueuse de la volonté de celui qui, jusqu'à sa mort, conserva son secret et son silence. Tout le village de Lasserre a d'ailleurs fait de même pendant près d'un quart de siècle", selon le maire.

En 2013, les réalisateurs Catherine Aira et Yves Le Pestipon, ont consacré un documentaire à Alexandre Grothendieck. "Sur les routes d'un génie", tente de comprendre comment cet homme a disparu subitement de la "civilisation". En voici la bande-annonce : 
aleandre grothentieck
Les mathématiciens connaissent ses principaux travaux :  "Éléments de géométrie algébrique" (EGA), "Le Séminaire de géométrie algébrique du Bois Marie" (SGA), ou encore la collection "Fondements de la géométrie algébrique" (FGA).

Une des avancées fondamentales due à Alexandre Grothendieck est l’invention de la théorie de la cohomologie étale et de la cohomologie l-adique, qui a servi de fondement pour faire passer les conjectures de Weil au stade de théorème.

Son travail a aussi servi de base à Gerd Faltings pour démontrer la conjecture de Mordell, connue depuis comme le théorème de Faltings.

Vidéo : à Lasseres, le reportage de Stéphanie Bousquet et Vincent Albinet
Le mathématicien ermite est décédé



L'hommage de François Hollande

Le président de la République publié ce vendredi un communiqué après l'annonce du décès d'Alexandre Grothendieck : 

"Le Président de la République a appris la disparition de l’un de nos plus grands mathématiciens, Alexandre GROTHENDIECK.
Né en Allemagne en 1928, Alexandre GROTHENDIECK a été accueilli et caché en France alors qu’il était adolescent, pendant la Seconde guerre mondiale. C’est ensuite en France qu’il entreprendra ses travaux dans le domaine de la géométrie algébrique, notamment au CNRS et à l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques, dont il a grandement contribué à construire la réputation mondiale. Il a acquis la nationalité française en 1971.
Alexandre GROTHENDIECK était également une personnalité hors du commun dans sa philosophie de la vie"

les + lus
les + partagés