publicité

En Midi-Pyrénées, 7 départements sur 8 concernés par le vide sanitaire dans les élevages de palmipèdes

Coup dur pour Midi-Pyrénées producteur des 3/4 du foie gras français : l'interdiction temporaire d'installer de nouveaux animaux débutera lundi dans les élevages de 7 départements sur 8, afin d'éradiquer la grippe aviaire, selon un arrêté paru au Journal officiel. Seul l'Aveyron y échappe.

  • Par VA.
  • Publié le , mis à jour le
© Maxppp

© Maxppp

Outre l'Aquitaine, la Corrèze, la Haute-Vienne, ainsi que certaines communes de l'Aude, du Cantal et de Charente, l'interdiction concerne la quasi-totalité de Midi-Pyrénées (Ariège, Aveyron, Haute-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, Tarn, Tarn-et-Garonne et une partie du Lot). 

C'est un coup dur pour Midi-Pyrénées, qui produit les trois quarts du foie gras français.

EN VIDEO, LE REPORTAGE D'ERIC MARLOT ET DE JEAN-PIERRE JAUZE DANS LE LOT, A THEMINES, CHEZ UN COUPLE D'ELEVEURS DE CANARDS :

Presque toute la région Midi-Pyrénées concernée par le vide sanitaire

C'est un coup dur pour Midi-Pyrénées qui produit les 3/4 du foie gras français : 7 départements sur 8 vont devoir geler leur production d'oies ou de canards  -   - 

Dans la zone d'interdiction, la mise en place de canetons de moins d'une semaine sera interdite dans les élevages dès lundi. A partir du 8 février, les canetons de moins de quatre semaines seront également bannis, puis l'ensemble des palmipèdes à compter du 1er avril.

Cette dernière date est cependant susceptible d'être modifiée, a indiqué le ministère de l'Agriculture. L'interdiction doit en effet permettre de réaliser un "vide sanitaire" dans les élevages, dont les détails n'ont pas encore été définis, en particulier la durée.

Pour les autres espèces de volailles (poules, dindes, pintades), les préfets pourront interdire la mise en place de nouveaux animaux dans les élevages ne pouvant prouver que les procédures sanitaires prévues (nettoyage, désinfection, vide sanitaire) ont été respectées.

Les éleveurs de palmipèdes à foie gras ont estimé que ces mesures leur coûteront entre 250 et 300 millions d'euros et que "des indemnisations de l'Etat seront indispensables".

La branche avicole de la FNSEA a également demandé des "aides financières pour les éleveurs" de volailles.

La grippe aviaire, qui n'avait plus été repérée en France depuis 2007, est réapparue en Dordogne fin novembre. A ce jour, 69 foyers d'influenza aviaire hautement pathogène ont été découverts dans huit départements du sud-ouest.

Ce virus n'est pas transmissible à l'homme, selon les premières analyses révélées mi-décembre par l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses). Le gouvernement a en outre régulièrement rappelé que la consommation de volaille, oeufs et foie gras ne présente aucun risque.
les + lus
les + partagés