Toulouse : les douanes réalisent l'une des plus grosses saisies de faux "Rainbow Loom" en France

INFO FRANCE 3 MIDI-PYRENEES - Plus de 35.000 sachets de faux élastiques destinés aux fameux bracelets en plastique qui font fureur ont été saisis dans une entreprise de Blagnac, près de Toulouse. 

  • F. Valéry avec C. Locard et N. Albrand
  • Publié le , mis à jour le
© MaxPPP

© MaxPPP

Les douaniers toulousains ont saisi plus de 35.000 sachets de faux élastiques "Rainbow Loom" destinés à fabriquer les bracelets multicolores qui fleurissent à de nombreux poignets depuis le début de l'année. C'est l'une des plus importantes saisies de contrefaçons réalisée en France.

La saisie a eu lieu dans les entrepôts d'une société de distribution installée à Blagnac, près de Toulouse. Les faux élastiques avaient été fabriqués en Chine et étaient destinés à la grande distribution. Le préjudice de cette saisie pourrait s'élever à près de 150.000 euros. 

Des analyses sont en cours pour savoir si le plastique utilisé dans la fabrication de ces contrefaçons répond aux normes sanitaires notamment en ce qui concernent les phtalates et ne présente pas de nocivité.

Mais au-delà de la sécurité, c'est aussi un énorme enjeu commercial. La société propriétaire de la marque lutte chaque jour contre les contrefaçons. Elle a d'ailleurs mis en ligne sur son site internet un procédé à l'usage des consommateurs pour reconnaître les contrefaçons.

En raison de l'engouement mondial pour ces petits élastiques colorés, le marché de la contrefaçon est énorme : pour autant les saisies, quasi quotidiennes en France (métropolitaine et DOM-TOM), portent le plus souvent sur de petites quantités. C'est la première fois qu'autant de sachets contrefaits sont découverts chez un grossiste. 




L'actu de votre région en vidéo

L'Université Paul Sabatier vote un paln d'économies sous protection policière

Le conseil d'aministration de l'Université Paul Sabatier s'est déroulé au rectorat de Toulouse sous protection policière. Il a validé un "plan de développement", qui, selon les syndicats, se traduira par 200 suppressions de postes

Lire l'article
Toulouse : le conseil d'administration de Paul Sabatier valide sous protection policière un plan de redressement de l'Université
les + lus
les + partagés