publicité

Municipales 2014 : les comptes de campagne de Brigitte Barèges à Montauban rejetés

La commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a notifié durant l'été à Brigitte Barèges, réélue maire UMP de Montauban, en mars dernier, le rejet de ses comptes de campagne. La maire de Montauban "n'ose imaginer" une annulation de son élection.

  • Par Fabrice Valery
  • Publié le , mis à jour le
Brigitte Barèges, au soir du premier tour des municipales 2014. © MaxPPP

© MaxPPP Brigitte Barèges, au soir du premier tour des municipales 2014.

Brigitte Barèges, maire UMP de Montauban réélue en mars dernier, a indiqué à France 3 Midi-Pyrénées que ses comptes de campagne des dernières élections municipales ont été rejetés par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Ses frais de campagne ne seront donc pas remboursés par l'Etat et seront à sa charge ou à celle de son parti. Le dossier a été transmis au tribunal administratif de Toulouse. 

Pas de "BBthon" !

"C'est un simple problème technique, a indiqué Brigitte Barèges, qui est à l'origine du rejet, pas le dépassement du plafond autorisé". Elle n'a pas souhaité donner plus de détails. "Je suis sereine, même si cela n'est pas très agréable" a-t-elle ajouté. "La principale conséquence c'est que le prêt personnel que j'ai contracté ne sera pas remboursé, explique Brigitte Barèges. Mais on en fera pas de BBthon pour appeler les Montalbanais à donner !" 
La CNCCFP a confirmé à un journaliste de France 3 Midi-Pyrénées que le dossier avait été "instruit et transmis à la candidate fin juillet" mais qu'aucune communication ne pouvait être faite à la presse avant la fin du délai de recours devant la justice administrative. 

Vers une invalidation de l'élection ?

Brigitte Barèges n'écarte pas le risque d'invalidation de son élection par la justice administrative (la procédure prévoit une décision du tribunal administratif puis en cas de recours du Conseil d'Etat) mais "n'ose l'imaginer". Elle retient que "la jurisprudence regarde l'écart des voix et pour ma part j'ai été réélue en mars avec 51 % dans le cadre d'une triangulaire contre 37 % à mon adversaire socialiste". 

L'opposition dénonce une campagne de "puits sans fonds"

Joint par France 3, Roland Garrigues, l'adversaire socialiste de Brigitte Barèges aux dernières municipales à Montauban, a estimé que la campagne de son adversaire était "un puits sans fonds". "Il y a des règles en politique, ajoute-t-il, il faut les respecter". Il a également indiqué que ses propres comptes de campagne avaient été validés par la commission nationale. Nous avons pu consulter la lettre que la CNCCFP a adressé à Roland Garrigues, lui indiquant qu'après validation de ses comptes il peut se rapprocher de la préfecture pour le remboursement forfaitaire dû par l'Etat aux candidats.  

Le rôle de la commission

Créée en 1990, la CNCCFP contrôle notamment les comptes de campagnes électorales qui doivent respecter des plafonds à ne pas dépasser. Les candidats ont 2 mois après notification d'un rejet pour déposer un recours gracieux devant la commission elle-même ou contentieux auprès du tribunal administratif. C'est à la fin, la justice administrative qui décide ou pas d'invalider le scrutin en question. 
les + lus
les + partagés