publicité

Un drône pour surveiller les voies ferrées

La SNCF a entamé cette semaine la première expérience de surveillance de son réseau ferroviaire par un drône civil près de Lavaur (Tarn), à l'est de Toulouse.

  • R.O.
  • Publié le , mis à jour le
Le drône surveillant © DR

© DR Le drône surveillant

 Le petit appareil sans pilote, en forme d'avion d'environ un mètre d'envergure, a survolé mardi pendant quelques heures un tronçon d'une quinzaine de kilomètres sur la ligne Toulouse-Castres et transmis les images qu'il a prises à une station pilote, a rapporté Jean-Marie Romero, directeur aux affaires territoriales à la SNCF Midi-Pyrénées.
Le drone, équipé de caméras à infrarouges, a aussi été expérimenté de nuit lundi.

Contre les vols de câbles
Il s'agit d'une "phase expérimentale" d'une technologie qui pourrait servir à protéger les voies contre les vols de câbles et aiderait la SNCF à s'épargner des
reconnaissances à pied par exemple, mais qui pourrait avoir d'autres applications, comme vérifier l'état d'un viaduc dans des zones difficiles d'accès, a dit M. Romero.
L'expérimentation vise pour la SNCF à "établir la pertinence" du drone qui ne serait qu'un "outil supplémentaire" dans la panoplie de surveillance de la compagnie, a-t-il souligné.
La SNCF n'a encore rien décidé quant à une systématisation du recours au drone, a-t-il souligné. Il faudra d'abord le tester dans d'autres situations
que celle, rurale, des environs de Lavaur, et évaluer les résultats, a-t-il dit. Aucun contrat n'est encore signé, y compris avec l'entreprise Delair Tech qui
a conçu le drone, deux kilos de technologie embarquée et propulsée par un moteur électrique, a-t-il dit.

Inspection ponts et viaducs
L'opération a été conduite en partenariat avec la DGAC, le CNES et le conseil régional de Midi-Pyrénées. La Région se prévaut d'avoir été retenue pour cette première expérimentation à cause du soutien qu'elle apporte à la filière drones et de l'engagement de son président Martin Malvy (PS), grand défenseur du rail, auprès de la SNCF et du ministère des Transports.
"Nous sommes convaincus de l'intérêt technique et économique de l'usage des drones pour nos différentes missions", déclarait récemment Nicolas Pollet, responsable du projet drone chez SNCF Infrastructure.
Outre la surveillance des voies, la SNCF pourait utiliser les drones pour inspecter l'état de 28.000 ponts et viaducs ou surveiller 10.000 parois rocheuses et remblais susceptibles de menacer ses installations.
Après une année 2014 consacrée aux expérimentations, la phase opérationnelle pourrait commencer à partir de 2015.
les + lus
les + partagés