Laureelen s'explique sur sa fugue : "On a été trop loin avec Christophe"

Laureelen, l'adolescente de 15 ans disparue le 10 avril, est rentrée chez elle à Bully-les-Mines, après avoir été retrouvée vendredi par la police. Elle a souhaité s'expliquer sur sa fugue avec Christophe, un ami de son père âgé de 48 ans, mis en examen et écroué pour "soustraction de mineur". 

  • YF avec Quentin Fichet
  • Publié le , mis à jour le
Laureelen a retrouvé sa famille vendredi soir après 8 jours de fugue. © France 3 Nord Pas-de-Calais

© France 3 Nord Pas-de-Calais Laureelen a retrouvé sa famille vendredi soir après 8 jours de fugue.

C'est une Laureelen visiblement soulagée et détendue qui a accepté de répondre à nos questions ce samedi, 24 heures à peine après avoir retrouvé son père, Sylvain, à Bully-les-Mines, dans le Pas-de-Calais. "Il m'a quand même manqué mais je ne voulais pas lui montrer de suite", nous a confié l'adolescente de 15 ans qui a fugué pendant 8 jours. "Je ne lui ai même pas dit parce que je voulais vraiment qu'il comprenne que j'avais besoin de lui, que j'avais besoin d'aide, et c'est pour ça que je suis partie".
Laureelen s'explique sur sa fugue

Reportage de Quentin Fichet et Jean-Marc Vasco.

Laureelen a été retrouvée vendredi par la police, à Lens. Elle se trouvait en compagnie de Christophe, son prof de guitare qu'elle dit aimer. L'homme, âgé de 48 ans, avait fui avec l'adolescente le 10 avril dernier. Il a été mis en examen vendredi pour "soustraction de mineur" et écroué à la prison de Sequedin.  

"On a été trop loin avec Christophe", concède Laureelen. "Mais on en avait besoin. J'avais besoin de partir pour prendre du recul, pouvoir réfléchir et changer d'air. Et avec lui notamment. De passer des journées entières avec lui sans qu'il y ait une heure imposée et que je doive rentrer chez moi". "L'essentiel maintenant, c'est son retour, saine et sauve, dans les meilleures conditions possibles", explique son père, Sylvain. "Ça va permettre dans les jours à venir de commencer à se reconstruire tous ensemble". 

Une centaine de policiers de la sûreté départementale étaient mobilisés depuis la disparition de Laureelen en compagnie de Christophe, un ami de son père depuis trente ans, avec qui ce dernier avait renoué en août. Ses penchants dépressifs, voire suicidaires, laissaient craindre le pire à ses proches.
les + lus
les + partagés