publicité

Calais : l'Etat veut travailler avec les ONG à "aménager" la zone nord de la "Jungle"

L'Etat a demandé aux associations de lui faire des "propositions" d'aménagement de la zone nord de la "Jungle" de Calais lors d'une réunion vendredi, sans toutefois renoncer à son objectif de démanteler ce camp à terme.

  • AFP
  • Publié le , mis à jour le
Après le démantèlement de la zone sud, l'Etat demande aux associations de proposer des aménagements de la zone nord de la "Jungle" sans parler de pérénisation © MaxPPP

© MaxPPP Après le démantèlement de la zone sud, l'Etat demande aux associations de proposer des aménagements de la zone nord de la "Jungle" sans parler de pérénisation

Les associations d'aide aux migrants  invitées à faire des propostions d'aménagement de la zone nord de la "Jungle". Selon un communiqué de la préfecture du Pas-de-Calais, la préfète Fabienne Buccio les a rencontré ce vendredi, comme elle le fait chaque semaine. Onze ONG étaient présentes.
Elle a "rappelé que l'effort de maraudes et de propositions de mise à l'abri à destination de tous les migrants de la lande (...) se poursuit sur le campement afin de proposer aux migrants les solutions d'hébergement".

Parallèlement, "les associations d'aide aux migrants ont été sollicitées par la Préfète pour faire part de leurs propositions visant à aménager la zone nord de la lande par la création de lieux de vie, d'espaces collectifs", indique le communiqué de la préfecture.
En outre, des démarches sont "en cours (...) pour la mise en place d'un accompagnement éducatif à l'attention des migrants de Calais", ajoute le texte.

Plus aucun migrant dans des abris de fortune 

Interrogée par l'AFP, Mme Buccio s'est inscrite en faux contre "l'interprétation" consistant à déduire de l'installation de lieux de vie que l'Etat entend pérenniser la zone nord, alors que le démantèlement de la zone sud s'est achevé mercredi. "Je ne prends pas d'engagement comme celui-là. Bien malin qui pourrait dire ce que sera la situation dans trois mois" en ce sens, a affirmé la préfète.

L'Etat, affirme le communiqué, continue d'oeuvrer "pour que plus aucun migrant ne dorme dehors dans des abris de fortune", grâce aux solutions de rechange mises en place : Centre d'Accueil Provisoire (CAP, Centre d'accueil pour les femmes et les enfants, tentes de la sécurité civile. S'y ajoutent les Centres d'Accueil et d'Orientation (CAO) un peu partout en France, dont le nombre s'élève désormais à 116 selon le communiqué.

Plus de 3000 migrants ont quitté la "Jungle" depuis octobre pour un CAO

Selon la préfecture, 3.175 migrants ont quitté le campement de la lande de Calais depuis le 27 octobre pour se rendre dans un CAO. 50 migrants ont quitté la "jungle" vendredi pour un CAO dans l'Allier. Mme Buccio a enfin indiqué aux représentants des associations que "la partie sud du campement de la lande serait prochainement nettoyée des débris puis aplanie".

Le démantèlement de cette zone a entraîné un afflux de migrants sur la zone nord, ont constaté ces jours derniers des journalistes de l'AFP, faisant naître des interrogations sur le devenir de la partie nord de la "Jungle".
les + lus
les + partagés