publicité

Marine Le Pen remporte le premier prix du "menteur en politique"

Le politologue Thomas Guénolé et six journalistes de différents médias (Le Monde, Le Point, Libération, France Info...) ont décerné vendredi le premier prix du "menteur en politique" à Marine Le Pen. Ses déclarations sur les migrants pendant la campagne des régionales lui ont valu cette distinction.

  • LM
  • Publié le , mis à jour le
Marine Le Pen, grande gagnante du prix du menteur en politique. © MAXPPP

© MAXPPP Marine Le Pen, grande gagnante du prix du menteur en politique.

La deuxième édition du prix du menteur en politique a couronné vendredi Marine Le Pen. L'année dernière, Nicolas Sarkozy avait fait les frais du politologue Thomas Guénolé, le créateur du prix. Ce dernier récompense avec humour les plus gros mensonges de la classe politique française pour "encourager le grand public à vérifier la véracité de ce que dit le personnel politique", est-il écrit sur son blog.

Le jury de six journalistes du Monde, du Figaro ou de Libération, et Thomas Guénolé, ont choisi Marine Le Pen "pour son accumulation d'affirmations fausses sur les migrants", "par martelage de cette question lors des régionales alors que ce n’est pas une compétence régionale". 

Lydia Guirous, meilleur second rôle féminin

Une autre Nordiste se trouve dans le classement. Lydia Guirous, ancienne porte-parole des Républicains originaire de Roubaix, se voit décernée le prix de meilleur second rôle féminin "pour avoir prétendu que la France est le pays européen qui accueille le plus d’étrangers".

D'autres politiques ont été épinglés par le jury spécialisé en fact-checking (vérification des discours politiques). On retrouve par exemple au palmarès le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, gagnant du prix "Robocop" pour avoir relayé la version erronée du Raid sur l'assaut à Saint-Denis, qui se serait déroulé sous un déluge de feu des terroristes. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian gagne le prix du "cumulard de l'année". Derrière l'humour, ce prix du menteur dénonce de véritables travers de la classe politique. 
Le FN, "un danger pour la démocratie" pour 56% de Français

En plus de son prix de meilleure menteuse, Marine Le Pen a fait face à un sondage, publié vendredi par TNS Sofres, plutôt défavorable à son parti. Le Front national représente "un danger pour la démocratie" pour 56% (+2% par rapport à 2015) des Français selon cette enquête annuelle commandée par Le Monde, Canal + et France info

Plus de la moitié des Français (54%) continuent de considérer le Front national comme "seulement un parti qui a vocation à rassembler les votes d'opposition". Marine Le Pen n'"inspire confiance" qu'à 28% des personnes interrogées et 22% considère qu'"elle ferait une bonne Présidente de la République". 

L'enquête a été réalisée du 28 janvier au 1er février auprès de 1 003 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.
 

les + lus