Englos : un Décathlon d'un nouveau genre

A Englos, un Déclathlon à mi-chemin entre un site internet et une boutique a ouvert. Découverte. 

  • France 3 NPDC
  • Publié le
© MAXPPP

© MAXPPP

"Vous ne rentrez pas dans un magasin Décathlon classique, vous rentrez dans notre site internet", explique Laure Gheselle directrice du nouveau magasin Décathlon d'Englos.

"A la différence d'internet, des équipes sont là pour vous accueillir et vous avez les produits en vrai", continue-t-elle. Pas de sac, pas d'articles, on sort de ce magasin les mains vides mais on y entre smartphone dans la paume.

A la frontière entre e-commerce et magasin physique 

C'est un concept unique en France qui change radicalement la façon de faire ses achats. A la frontière entre e-commerce et magasin physique, vous pouvez voir et toucher la totalité des produits proposés par l'enseigne mais il n'y a pas de stock. Tout est acheter sur commande.

Le processus est simple, il suffit de venir scanner un code avec son téléphone. Problème, le magasin ne possède pas toutes les tailles, un souci de taille pour se fournir en vêtement ou chaussures par exemple. 

Le magasin de sport s'est donné plusieurs mois pour corriger ces erreurs avant peut-être de développer le concept partout en France. 
  • Hauts-de-France : qui sont les créateurs d'entreprise ?

    L'Insee vient de publier son rapport sur les créateurs d'entreprise en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, portant sur l'année 2014. Ce qui en ressort ? Ce sont surtout les jeunes diplômés qui deviennent auto-entrepreneurs afin d'échapper au chômage.
    Publié le 15/09/2016
  • Petite-Forêt : chômage partiel et inquiétudes chez Alstom

    Malaise donc chez Alstom. Alors que l'Etat vient de se porter au chevet du site historique de Belfort, celui de Petite-Forêt, suscite également de l'inquiétude. Des mesures de chômage partielles y ont été confirmées ce matin. Et elles risquent de s'étendre encore l'année prochaine.

    Mis à jour le 12/09/2016
  • Calais : le fabricant de dentelles Noyon placé en redressement judiciaire

    Le fabricant de dentelles Noyon implanté à Calais, qui emploie quelque 240 salariés, a été placé en redressement judiciaire jeudi par le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, avec une période d'observation de six mois, a-t-on appris auprès de son président.

    Publié le 08/09/2016
les + lus
les + partagés