Pétroplus placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Rouen

Yvon Scornet affirme qu'aucun ministère n'émettra d'avis défavorables en ce qui concerne la reprise de Pétroplus. / © France 3 Haute-Normandie / Sylvie Callier
Yvon Scornet affirme qu'aucun ministère n'émettra d'avis défavorables en ce qui concerne la reprise de Pétroplus. / © France 3 Haute-Normandie / Sylvie Callier

Le tribunal de commerce de Rouen a prononcé mardi la liquidation de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne tout en accordant un délai jusqu'au 5 novembre pour trouver un repreneur, a déclaré Yvon Scornet, porte-parole de l'intersyndicale.

Par Carole Bélingard / AFP

Yvon Scornet a regretté que l'offre de Net Oil, dont le siège est à Dubai, ait été rejetée par le tribunal de commerce de Rouen, qui examinait également mardi l'offre d'Alafandi Petroleum Group (APG), basé à Hong-Kong. 

Voir le reportage ci-dessous de Sylvie Callier et Jean-Luc Drouin

Mise en liquidation judiciaire de Pétroplus


Liquidation judiciaire avec poursuite d'activité


Le tribunal de commerce a décidé le placement en liquidation judiciaire de Pétroplus mais avec une poursuite d'activité de deux mois, c'est-à-dire le 15 décembre, ce qui correspond à la date de fin de contrat négocié avec Shell. Par ailleurs, un repreneur peut toujours se présenter d'ici le 5 novembre.
Le dossier de Net Oil, le plus abouti aux yeux de l'intersyndicale, ne possédait pas des garanties financières suffisantes selon le tribunal de commerce.

"Ils ont décidé de nous tuer"


"Il y a encore des repreneurs potentiels mais je vois mal la possibilité d'ici au 5 novembre" de trouver la solution, a poursuivi Yvon Scornet. "On a été lâchés, même du côté du procureur. Il n'y a plus rien", a-t-il poursuivi avant d'ajouter: "Mais on va continuer à se battre pour trouver un repreneur".

"Ils ont pris la décision de nous tuer", a-t-il encore indiqué en précisant que selon lui quelque 2.000 familles se retrouvent sur le carreau en comptant les sous-traitants.

Une assemblée générale est prévue jeudi 17 octobre à 12h30.


Ecoutez Yvon Scornet dans la vidéo ci-dessous

La réaction d'Yvon Scornet après la mise en liquidation judiciaire


Quelque 470 personnes travaillent actuellement pour la raffinerie de Petit-Couronne, près de Rouen.

Les élus haut-normands présents au tribunal de commerce de Rouen sont atterrés par cette décision.



Les élus haut-normands (Guillaume Bachelay, Fréféric Sanchez) après l'annonce de la liquidation judiciaire. / © Sylvie Callier
Les élus haut-normands (Guillaume Bachelay, Fréféric Sanchez) après l'annonce de la liquidation judiciaire. / © Sylvie Callier

L'audience devait à l'origine avoir lieu le 2 octobre dernier et avait été repoussée à ce mardi 16 octobre faute d'éléments financiers et techniques, et d'autorisations administratives.

Pour les habitants de Petit-Couronne c'est aussi le choc

Mise en liquidation judiciaire: les habitants de Petit-Couronne sous le choc

Sur le même sujet

François Hollande à Rouen et Cléon

Près de chez vous

Les + Lus