OpenStreetMap, projet international de cartographie collaborative, développée en France par un habitant de Vernon

Armé de sa tablette, Gaël Musquet parcourt les rues de France et cartographie tout ce qu'il voit, ici une place de stationnement pour les personnes à mobilité réduite. / © France 3 Haute-Normandie
Armé de sa tablette, Gaël Musquet parcourt les rues de France et cartographie tout ce qu'il voit, ici une place de stationnement pour les personnes à mobilité réduite. / © France 3 Haute-Normandie

A 33 ans, Gaël Musquet, installé dans l'Eure, coordonne depuis plusieurs années la communauté française d'OpenStreetMap.

Par Emmanuelle Partouche

Jusqu'alors président d'OpenStreetMap France, devenu récemment "simple" porte-parole afin de libérer du temps pour s'adonner à d'autres activités, Gaël Musquet fait partie de ces personnes à qui tout paraît possible. Et pour y parvenir, l'homme a un emploi du temps très chargé.

Porte-parole d'OpenStreetMap France, chargé de mission à la Fonderie, l'agence numérique d'Ile-de-France, l'homme a également été recruté pour la campagne présidentielle de François Hollande, comme spécialiste de l'open data, littéralement "donnée ouverte", c'est-à-dire une donnée numérique d'origine publique ou privée, accessible à tous et réutilisable gratuitement, 

Malgré les sollicitations multiples, l'homme n'hésite pas à s'impliquer et à faire participer le public le plus large à ce projet, OpenStreetMap, né en 2004 en Grande-Bretagne. Le jour où notre équipe l'a rencontré, il organisait une formation auprès des jeunes du centre social de Vernon pour leur apprendre à cartographier. Voyez ce reportage, dont les images sont signées Bruno Belamri avec l'interview de :
  • Gaël Musquet, porte-parole d'OpenStreetMap France 

La cartographie participative développée en France par un habitant de Vernon


OpenStreetMap, le Wikipédia de la cartographie


OpenStreetMap est une base de données géographiques. Elle fonctionne à l'image de l'encyclopédie participative en ligne Wikipédia.

C'est un projet international de cartographie libre, gratuite et créée par les citoyens du monde entier. En 2012, la communauté OpenStreetMap comptait plus de 800 000 personnes dans le monde, dont plus de 10 000 en France.

Les contributeurs cartographient tout : les rues, les commerces, les stations de bus, les bornes incendies, les places de stationnement.... Toute information est utile puisque personne ne peut présager de l'utilisation qui en sera faite et de l'intérêt que certains y verront. Chacun participe donc selon ses centres d'intérêt. 

Ensuite, ces données peuvent être réutilisées gratuitement pour la création d'applications pour smartphones ou de sites internet. Certains GPS utilisent déjà ces data qui permettent d'avoir en permanence une information mise à jour. 

Un crayon et un papier suffisent

Pour cartographier un lieu, un crayon et un papier suffisent pour prendre en note les informations relevées (horaires d'ouverture d'un magasin, adresse exacte...).

Le mieux reste d'avoir un téléphone portable ou une tablette pour prendre des photos. Les appareils les plus récents sont dotés d'un GPS. En l'activant lors de la photographie, cela permet de garder en mémoire la localisation précise du lieu.

Un gain de temps pour la saisie des données sur l'interface OpenStreetMap. Mais à l'inverse de Google Maps, les photos ne sont pas publiées. Elles servent juste d'aide au contributeur.

Des possibilités infinies 

Les utilisations de ces données sont infinies ou presque. Du simple site internet de calcul d'itinéraire, en passant  par la localisation précise des bornes incendies par les pompiers, OpensStreetMap permet aussi d'aider le travail des humanitaires dans certaines zones de conflit ou certains pays en guerre où la carte des lieux n'est plus à jour.

Au lendemain du tremblement de terre à Haïti en 2010, une communauté OpenStreetMap s'est créée sur place. Elle a permis de cartographier à l'aide de drones les quartiers dévastés et les nouvelles implantations humaines, parfois dans des zones à risque comme le montre cette vidéo tournée sur place.

Améliorer la cartographie d'Haïti après le tremblement de terre de 2010

 

Sur le même sujet

Le refuge pour animaux de Lintot (Seine-Maritime) est saturé

Près de chez vous

Les + Lus