L'intégrisme religieux au coeur du procès d'un détenu poursuivi pour la tentative d'assassinat d'un co-détenu

La cour d'assises de Seine-Maritime juge un ancien détenu de la prison de Rouen. Il comparait pour la  tentative d'assassinat d'un co-détenu en janvier 2012 durant la promenade. L'accusé proclamait en détention son adhésion à l'islamisme radical et à Ben Laden

© S. Callier


Ce jeudi en début d'après-midi, au premier jour de son procès, Othmane B. n'est plus dans le box des accusés. Il reste dans les geôles du palais suite à son comportement agité du matin.

A la barre des témoins, c'est un autre jeune homme qui témoigne. Grégory B était détenu à la maison d'arrêt Bonne Nouvelle de Rouen en 2012.

Une agression soudaine et ciblée


Un dimanche de janvier, alors qu'il jouait à la belote sous un préau de la prison lors de la promenade, Grégory B. a été frappé à la gorge par Othmane. L'accusé a brandi une arme artisanale ( faite avec une lame de rasoir). Il poursuivra sa victime blessée pour  tenter de l'atteindre à nouveau.  Ce sont d'autres détenus qui s'interposeront et stopperont l'agression.

Un acte soudain. Les témoignages établissent que la victime et l'accusé ne se fréquentaient pas, même s'ils étaient dans la même prison. Un témoin de la scène, détenu à l'époque, déclare  " après, il nous a expliqué que la victime avait tué un frère musulman, un tunisien"

Un détenu qui lançait des appels à la prière dans les coursives de la prison et louait Ben Laden
 

La cour d'assises devra établir si Othmane B. a voulu par fanatisme religieux venger le meurtre d'un tunisien dans les Hauts-de-Rouen en 2008 . A t-il été manipulé par d'autres détenus qui souhaitaient venger la mort de ce tunisien ? Grégory B, purgeait précisément une peine pour ce meurtre.

Un officier de la maison d'arrêt de Rouen a décrit l'engagement religieux de l'accusé. "Il faisait les appels à la prière dans les coursives et par les fenêtres". Il couvrait les murs de sa cellule d'inscriptions en arabe. Othmane B. appelait à l'engagement jihadiste.

Un ancien voisin de cellule décrit un homme calme et explique " comme il aimait bien la religion, Othmane me racontait des histoires sur la religion. Je voulais bien pratiquer mais il faut connaitre des prières par coeur, je me renseignais avec lui"

Le verdict sera rendu vendredi 13 juin. L'accusé encourt la réclusion à perpétuité

 










 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter