Après le scandale des salades contaminées aux pesticides, faut-il se rabattre sur les pommes ?

La pomme le paradis du pesticide. / © CC / TOrange / Flickr
La pomme le paradis du pesticide. / © CC / TOrange / Flickr

L'ONG Générations Futures, révèle dans un test que 16% des échantillons de salade provenant de supermarchés de la Somme et de l'Oise sont contaminés avec des pesticides interdits d'utilisation en France. Faut-il préférer les pommes normandes à la verte salade picarde ? Pas sûr.

Par Xavier Collombier

Vertes mais contaminées

Les réseaux sociaux s'emparent de l'affaire depuis 48 heures. Hashtag #saladegate. Voilà de quoi nous dégoûter définitivement de la verte picarde. Générations Futures, qui a fait analyser 31 salades achetées en supermarchés entre le 28 mai et le 21 juillet derniers, a décelé la présence 5 pesticides interdits, dont l'insecticide DDT (prohibé depuis 1971) dans 2 échantillons.

Un secret de polichinelle

Les études, les tests se suivent et finalement disent la même chose. Fruits et légumes sont infestés de produits phyto-sanitaires. L'arme magique généralisée dans les années 50 pour métamorphoser notre pays et ses paysans en champions de l'agrobusiness.  Cette réussite agraire et économique se paie aujourd'hui au prix fort. 
La France, première puissance agricole européenne, est également championne du taux de pesticide dans le sang de ses habitants. Selon une étude de l'institut de veille sanitaire, ils sont présents dans notre sang à des niveaux au moins trois fois plus élevés que dans ceux des Américains ou des Allemands. Ces pesticides sont largement utilisés en agriculture, en horticulture et pour un usage domestique (idéaux pour se débarrasser des insectes à la maison, désherber les allées, protéger les plantes du jardin etc..).
La pomme chasse le médecin. / © CC / Anthony Thomas Bueta / Flickr
La pomme chasse le médecin. / © CC / Anthony Thomas Bueta / Flickr

Sur le podium des fruits et légumes contaminés

L'Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a récemment analysé nos assiettes soit 70 000 aliments à la recherche de résidus de pesticides.. et les champions sont :
La salade, c'est le végétal le plus contaminé dans le monde, cultivé sous serre, les pesticides s'accumulent et ne sont pas lavés par la pluie.
Les raisins, 81% des raisins français d'après l'étude sont contaminés par des traces fortes de produits phyto-sanitaires.
Les framboises, comme les fraises sont contaminés pour 75% de la production française toujours d'après l'autorité.
Céleri, épinards, nectarines, concombres, pèches, petits pois, pommes de terre, piments et poivrons font partie de la triste liste où sévissent ce que les scientifiques appellent les "12 salopards", soit une douzaine de traces de pesticides ou plus.
La salade un geste pour votre santé. pas si certain. / © CC / my_southborough / Flickr
La salade un geste pour votre santé. pas si certain. / © CC / my_southborough / Flickr

Et les pommes dans tout cela ?

On tombe de l'arbre. Le fruit étendard de la Normandie est le fruit (avec l'orange) le plus traité. Plusieurs études démontrent qu'une pomme est traitée en moyenne avec 35 pesticides différents.
Les variétés aujourd'hui ne sont plus foison. L'agriculture intensive, en mal de rendement, s'est arrêtée sur quelques variétés censées plaire au plus grand nombre et aux acheteurs des grandes surfaces qui font la loi. Pour résister à l'humidité, aux attaques de prédateurs toujours plus résistants, la pulvérisation est devenue la norme. En saison au regard du nombre des produits phyto-sanitaires analysés, grosso modo l'arboriculteur étend ses produits au minimum chaque semaine. Non seulement la pomme est bourrée aux pesticides mais pour la rendre plus belle, on la fait briller de mille feux avant son départ vers nos rayons de supermarchés.

Elles sont « cirées » à la morpholine, un additif montré du doigt par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).


Comme le regrette le magazine psychologie.com.

Les agriculteurs produisent plus grâce à des intrants  (les fertilisants et pesticides utilisés dans les productions agricoles) qui éliminent mouches, limaces, cochenilles, mais également virus végétaux et autres.

Continuons à manger des pommes, si elles sont bio. / © CC / Lee / Flickr
Continuons à manger des pommes, si elles sont bio. / © CC / Lee / Flickr

Une pomme par jour vous éloigne du médecin

An apple a day keeps the doctor away"


Comme on le dit en anglais dans le texte. À condition de la consommer bio OBLIGATOIREMENT, la pomme a bien des qualités.  Elle possède une foule d’antioxydants, de fibres, de vitamines et de micronutriments. Les antioxydants de la pomme réduisent le risque de maladie cardio-vasculaire et poussent à l'oxydation des lipides de notre organisme.
La pectine de pomme aurait des effets bénéfiques pour diminuer le cholestérol sanguin.
Bref mangeons des pommes, mais en résistant à l'appel de la méchante sorcière de l'agribusiness.


Bon on mange quoi les yeux fermés ?

La tomate, c'est la surprise de l'étude européenne. L'image terrible de ces tomates espagnoles nourries au goutte à goutte dans des serres nous a rendu un brin parano. Il faut cependant absolument éviter les tomates cerises issues de l'agriculture intensive qui elles sont dans le rouge côté produits phyto-sanitaires.
Les oignons résistent mieux que d'autres légumes aux maladies et aux prédateurs. On peut les manger non-bio :
  • Les choux, comme les chou-fleurs ont peu de traces de pesticides.
  • Asperges et champignons ne sont pas contaminés aux pesticides.
  • Pois, lentilles,  légumineuses résistent à l'appel de l'engrais.



A lire aussi

Sur le même sujet

La ferme des animaux miniatures

Près de chez vous

Les + Lus