14 octobre 1066, une journée qui fait date dans l'Histoire de la Normandie. Ce jour-là, Guillaume le Conquérant livre une terrible bataille dans une plaine, près d'Hastings, en Angleterre.
Dans quelques jours, nous célébrerons les 950 ans de cette bataille et de la Conquête de l'Angleterre par les Normands. Tournons quelques pages en arrière dans notre histoire régionale pour mieux comprendre cet anniversaire... 

Les enjeux de la bataille d'Hastings


Les premières pages de la conquête de Guillaume commencent avec le règne en Angleterre d'Edouard le Confesseur. Ce dernier, qui accède au trône en avril 1043, ne veut ou ne peut avoir d'enfant. Edouard désigne alors son lointain cousin Guillaume, Duc de Normandie, fils de Robert le magnifique, comme héritier de la couronne d'Angleterre et en 1064 envoie en Normandie son beau-frère Harold Godwinson, Comte de Wessex, homme puissant parmi les puissants d'Angleterre pour confirmer cette désignation.

C'est dans la cathédrale de Bayeux qu'Harold prête serment à Guillaume et le reconnaît comme héritier légitime du trône d'Angleterre pour succéder à Edouard. Les documents en attestant sont encore consultables aujourd'hui.
Le roi Edouard le Confesseur sur son lit de mort - tapisserie de Bayeux
Le roi Edouard le Confesseur sur son lit de mort - tapisserie de Bayeux
A la mort d'Edouard, la situation se retourne. Arguant d'une désignation faite par Edouard sur son lit de mort, Harold revendique le trône et se fait proclamer roi le lendemain de la mort du monarque, le 6 janvier 1066. En droit normand, on ne reconnaît pas les testaments "in articulo mortis", c'est à dire faits au moment de la mort. Ainsi, Guillaume de Normandie n'entend pas pas se faire déposséder de son héritage et prépare aussitôt une armée pour partir à la conquête de l'Angleterre.
    
Hastings : les origines de la bataille feuilleton 1 sur 4 - octobre 2016
En janvier 1066, quand Guillaume, Duc de Normandie, apprend que Harold se fait couronner roi d'Angleterre, il décide de rassembler une armée pour aller reconquérir ce royaume que Edourad Le Confesseur lui avait promis quelques années plus tôt. Il part 12 septembre à Dives sur Mer dans l'actuel Calvados, débarque à Penvensey dans le sud de l'Angleterre et s'apprêt à livrer bataille... - France 3 Normandie

Intervenant :
Pierre BOUET, historien et auteur du livre "Hastings 14 octobre 1066"


En six mois, Guillaume réussit le tour de force de rassembler quinze mille hommes, trois mille chevaux et mille bateaux. Il convainc les barons de Normandie de s'unir à lui, puis les comtés de Flandre, du Mans, de Boulogne et de Bretagne vont le rejoindre aussi.

Guillaume part en laissant la conduite du Duché de Normandie à sa femme Mathilde de Flandre. Il embarque le 12 septembre 1066 à Dives-sur-Mer, à bord du Mora, que certains seraient tentés de rebaptiser L'amore, puisqu'il s'agit du bateau que Mathilde lui a fait construire pour cette épopée (cf l'annale de R. Lepelley sur le nom du bateau de Guillaume).
Il prévoit une escale en Picardie, à Saint Valéry-sur-Somme avant de traverser la Manche mais en raison du mauvais temps, l'escale s'avèrera plus longue que prévu. La flotte ne repartira que fin septembre, vers Penvensey, au sud de l'Angleterre.

Emmanuel Cerisier est un illustrateur spécialisé dans les livres pour la jeunesse. Guillaume le Conquérant jalonne sa carrière professionnelle : outre son livre sur la bataille d'Hastings, il a contribué à la scénographie du château de Falaise. (voir aussi le château de Falaise en 3D - reportage)


© L. Agatensi
© L. Agatensi


 

14 octobre 1066 : jour de bataille à Hastings


Guillaume débarque le 29 septembre 1066 jour de la Saint Michel, patron de la Normandie, à Pevensey dans le Sussex, aujourd'hui dans les terres mais à l'époque, il y a presque  mille ans, située au fond d'une baie, près de la ville de Hastings qui était alors l'une des plus importantes du sud de l'Angleterre.
Les pourparlers avec les émissaires d'Harold, qui le somment de repartir, ne permettent pas d'éviter le combat entre les deux armées.
© English Heritage
© English Heritage
La bataille aura lieu une dizaine de kilomètres au nord de Hastings, sur la lande de Senlac où Harold s'était retranché. Ce lieu porte le nom de Battle, où Guillaume a fait construire une abbaye, en souvenir de sa victoire.
Le champ de la bataille d'Hastings, face à la colline de Senlac / © English Heritage
Le champ de la bataille d'Hastings, face à la colline de Senlac / © English Heritage
Les récits rapportent une grande différence dans la préparation des soldats, notamment la veille au soir de la bataille :

Les Normands ont été très sérieux, très concentrés. Ils ont beaucoup prié. A l'inverse, les Saxons ont beaucoup bu, ont fait la fête, dansé, ils ont profité de leur dernière nuit avant la bataille. 

 

Guillaume et les Normands à la conquête de l'Angleterre - Feuilleton 2 sur 4 - octobre 2016
14 octobre 1066 : journée historique pour l'histoire de l'Angleterre et des Normands. Le Duc de Normandie, victorieux sur le champ de bataille à Hastings, devient Guillaume le Conquérant. Les combats ont été durs et particulièrement violents, Harold est mort, mais Guillaume n'est pas encore Roi d'Angleterre...  - France 3 Normandie

Intervenants :
Jo Stewart, responsable du site de la Bataille d'Hastings - English Heritage
Pierre Bouet, historien et auteur du livre  "Hastings 14 octobre 1066"



Il est difficile de faire un récit précis et incontestable de la journée car les sources contemporaines de la bataille sont divergentes. On peut tout de même affirmer que la bataille a commencé à 9h00 du matin et qu'elle a duré jusqu'au soir, ce qui en fait l'une des batailles les plus importantes de la période médiévale où les combats ne duraient qu'entre deux et trois heures.

Sur le champ de bataille, l'armée de Guillaume est disposée en tenaille : Guillaume est soutenu sur sa droite par les Flamands et sur sa gauche par les Bretons. Face à lui, Harold et les Saxons sont perchés sur une butte. (schéma Ælfgar creative commons)

Battle of Hastings-fr


Ce fut une bataille horrible d'une violence inouïe, les armes étaient très modernes et très meurtrières pour cette époque…Ce fut une guerre très sanglante.


Au cours du combat, soudain, un javelot anglais tue le cheval de Guillaume. Tous ses hommes le croient mort et certains s'enfuient. Mais Guillaume enfourche une autre monture, relève son casque et s'en va chercher les fuyards. Ses chevaliers le reconnaissent alors et le combat reprend.

Scènes 55 & 56 de la Tapisserie de Bayeux - Le duc Guillaume soulève son casque et se fait reconnaitre sur le champ de bataille d'Hastings. Eustache II de Boulogne le désigne du doigt. Légende en latin : HIC EST WILLEL[MUS] DUX (Voici le duc Guillaume) / © Tapisserie de Bayeux / Myrabella wikimedia commons
Scènes 55 & 56 de la Tapisserie de Bayeux - Le duc Guillaume soulève son casque et se fait reconnaitre sur le champ de bataille d'Hastings. Eustache II de Boulogne le désigne du doigt. Légende en latin : HIC EST WILLEL[MUS] DUX (Voici le duc Guillaume) / © Tapisserie de Bayeux / Myrabella wikimedia commons

Dans l'après midi, l'affrontement tourne à l'avantage d'Harold et des anglo-saxons mais en toute fin de journée, Guillaume envoie un commando de plusieurs hommes pour tuer Harold déjà touché à l'oeil par une flèche.

Modillon de la salle de l'Échiquier du château de Caen représentant la tête défigurée d'Harold  / © C Gauberti France 3 Normandie
Modillon de la salle de l'Échiquier du château de Caen représentant la tête défigurée d'Harold / © C Gauberti France 3 Normandie


Voici ci-dessous le professeur Robert Barlett.
Lancez-vous dans la bataille, partez sur le terrain et vivez cette journée de combat à ses côtés !
A ce point de notre récit, un peu d'accent anglais ne nous fera pas de mal ;-))
(Un épisode de la série "The Normans", proposée par la BBC TWO)

La bataille d'Hastings heure par heure avec la BBC TWO - video You tube
La bataille d'Hastings racontée avec fougue sur le terrain par le professeur Robert Barlett dans une vidéo proposée par la chaine BBC TWO - BBC TWO

 

► Pour les curieux : découvrez ce que l'on sait - ou pas - sur la Bataille d'Hastings avec English Heritage


La conquête et la bataille brodées sur mesure

La tapisserie de Bayeux, que l'on devrait plutôt appeler la broderie de Bayeux, illustre avec beaucoup de détails la conquête de Guillaume. Ce serait Odon de Conteville, évêque de Bayeux de 1049 à 1097 qui l'aurait fait confectionner entre 1066 et 1082 pour l'offrir à Guillaume, son demi-frère. La tapisserie aurait été destinée à être exposée dans la cathédrale pour sa consécration le 14 juillet 1077. C'est une vraie bande dessinée avant l'heure qui relate la conquête de l'Angleterre. 

Image panoramique
Déplacez le curseur dans le bas de l'image pour voir l'intégralité de la Tapisserie (auteur Antonsusi Wikimedia commons) 


Neuf panneaux de lin blanchi, brodés principalement au point de tige et au point de Bayeux, sont cousus pour former une seule pièce de 70 mètres de long sur 50 cetimètres de haut environ. Des numéros sont inscrit dans le haut de la tapisserie et servent de repères aux différentes scènes ainsi que les descriptions latines.
Il manque cependant la fin de l'histoire : la dernière broderie montre la fuite des soldats anglo saxons après la mort de Harold sur le champ de bataille. Certains se sont lancés dans l'achèvement de la Tapisserie comme les habitants de l'ile anglo-normande d'Aurigny (cf notre reportage) en 2013. 

Cette oeuvre monumentale est aujourd'hui l'objet de toutes les attentions, ce qui n'a pas toujours été le cas : elle a failli servir à couvrir des chariots de ravitaillement pendant la révolution française !
En janvier 2016, pendant un mois, une équipe de scientifiques a ausculté quatre mètres de la fresque (cf notre reportage). Objectif : évaluer l'état de conservation et recherche d'éventuels secrets. Cette opération devrait se reproduire tous les ans pendant au moins cinq ans.



Quand la Tapisserie de Bayeux devient un dessin animé

Les progrès technologiques aidant, en 2001, un infographiste, David Newton, a eu l'idée de faire un rendu animé de la Tapisserie : les personnages bougent, les bateaux traversent la Manche, la bataille fait rage à Hastings...
La tapisserie de Bayeux animée par David Newton - you tube The Animated Bayeux Tapestry
Vidéo animée de la Tapisserie de Bayeux par David Newton, un infographiste de 21 ans en 2001. Vidéo ludique remarquable où l'on peut suivre la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant, du passage de la comète de Halley à la mort de Harold au combat le 14 octobre 1066.


La tapisserie retrouve les murs de la cathédrale

►Encore du virtuel pour la Tapisserie de Bayeux : des sons et lumières replaceront la Tapisserie sur les murs de la cathédrale de Bayeux
Projections test les jeudi 13, dimanche 16, mercredi 19, samedi 22, mercredi 26 et samedi 29 octobre 2016 à 18h, 18h45 et 19h30
Projections en décembre tous les mercredis, samedis et dimanches (sf les 24 et 25) et le vendredi 23 décembre à 17h30, 18h15, 19h et 19h45 

Les enluminures de Bayeux / © www.spectaculaires.fr
Les enluminures de Bayeux / © www.spectaculaires.fr

 

© L. Agatensi
© L. Agatensi


 

Guillaume, Conquérant de l'Angleterre et bâtisseur


Une fois la victoire remportée à Hastings, Guillaume de Normandie, surnommé par ses détracteurs « Le Bâtard » (il est le fils illégitime de Robert le Magnifique et de Arlette de Falaise, femme d'un bourgeois, sans doute marchand de peaux) devient le Conquérant de l'Angleterre.
Le jour de Noël 1066, il se fait couronner roi à l'abbaye de Westminster, comme tous ses successeurs jusqu'à aujourd'hui. Très vite, il confisque les biens des Anglo-saxons et nomme des Normands à des postes-clés et des clercs à la tête d'évêchés et d'Abbayes. Le normand, langue proche du français, devient la langue de la Cour d'Angleterre. Et pour asseoir son autorité, Guillaume fait construire à travers tout le royaume une centaine de forteresses.
La Tour dite blanche au sein de la tour de Londres. (qualifiée de "blanche" en raison de sa construction en pierre de Caen, qui lui donne sa couleur claire) / © Mathais Kabel (wikimedia creative commons)
La Tour dite blanche au sein de la tour de Londres. (qualifiée de "blanche" en raison de sa construction en pierre de Caen, qui lui donne sa couleur claire) / © Mathais Kabel (wikimedia creative commons)
La plus connue est sans doute la Tour blanche, noyau de la Tour de Londres, en référence à la couleur claire de la pierre de Caen, qui a servi à son édification. Le Normand Gondulf en est l'architecte, celui-là même qui a bâti l'abbaye aux hommes de Caen. Guillaume le gratifiera d'ailleurs de l'Evêché de Rochester, l'un des plus hauts et des mieux conservés d'Angleterre. Comme Winchester, ou Warwick, de très nombreux autres édifices sont encore admirés chaque année par des milliers de visiteurs.  

► N'hésitez pas parcourir la carte interactive de l'héritage normand en Angleterre sur le site de English Heritage ou les sites anglo-normands en France et en Angleterre sur le site de Norman Connections

Guillaume et les Normands à la conquête de l'Angleterre - Feuilleton 3 sur 4 - octobre 2016
Il va falloir plusieurs semaines à Guillaume et ses armées pour atteindre Londres. Il se fait sacrer roi à Westminster, le jour de Noël. Il se transforme administrateur du pays et doit faire face à de nombreux complots et rebellions. Il affirme son pouvoir en bâtissant de nombreuses forteresses et évêchés mis en valeurs pour la plupart par English Heritage. Facile à travailler, la pierre de Caen est appréciée par les bâtisseurs, qui n'hésitent pas à l'importer de Normandie... - France 3 Normandie

Intervenants :
Véronique Gazeau, professeur d'Histoire médiévale à l'Université de Caen Normandie
David Bates, historien à l'Université de Cambridge
Pierre Bouet, historien et auteur du livre "Hastings 14 octobre 1066"
Jane Spooner, spécialiste de la Tour de Londres
François Neveux, historien Professeur émérite de l'Université de Caen Normandie
Lindy Grant, professeur d'histoire médiévale, Université de Reading

 

Au moyen âge, il y a "château" et "château"...
Faisons le tour de la question en 2'09

Les différentes sortes de châteaux au Moyen âge - video You tube de Canopé Académie de Caen
L'architecture du château-fort évolue tout au long du moyen-âge. Les premiers châteaux sont appelés motte castrale. La défense reste plus passive qu'active. Au XI et XIIe siècle, les châteaux vont connaître des amélioration sensibles: l'emploi de la pierre le rend bien plus résistant, les murailles deviennent haute et épaisses, les hourds permettent une défense rapprochée plus efficace, les tours de flanquement sont carrées, un fossé entoure le château. On appelle ce type d'édifice militaire un château fort roman. Au XIIIe siècle, les architectes du roi Philippe Auguste vont élaborer un nouveau type de château. Le château philippien. Le début du XVIe siècle voit la construction des derniers châteaux-forts. Une tradition vieille de 6 siècles va disparaître. Construire une forteresse devient un privilège royal. C'est la fin de la féodalité. - Université de Caen - CANOPE


La pierre de Caen, plantée à jamais en Angleterre

La pierre de Caen est une pierre à grain fin sur fond blanc crème. Selon le niveau d’extraction et selon l’éclairage, la pierre apparaît blanche ou légèrement ocre. Sa faible teneur en argile et sa forte teneur en carbonate de calcium en font une pierre de construction de qualité, homogène et plus ou moins ferme selon son affleurement, ce qui permet de l'utiliser sous forme de blocs épais ou de grande largeur ou au contraire, sous forme de sculptures.

Un gisement de pierre de Caen sert de soubassement aux remparts du château de Caen  / © C. Gauberti France 3 Normandie
Un gisement de pierre de Caen sert de soubassement aux remparts du château de Caen / © C. Gauberti France 3 Normandie

On peut très facilement observer les bancs de calcaire naturels qui servent de soubassements aux remparts du château de Caen. (source Lithotèque de Normandie)
Des millions de tonnes de pierres de Caen ont traversé la Manche pour édifier les constructions anglaises du règne de Guillaume le Conquérant. A Caen, de très nombreuses constructions ont été faites avec cette pierre abondante.

Découvrez-les monuments de Caen avec le plan interactif du musée de Normandie.


► En savoir plus sur la pierre de Caen et son exploitation actuelle (cf notre feuilleton)

► "C'est au pied du mur qu'on voit le maçon" nous dit le dicton. Mais au pied des remparts, il n'y a pas que des maçons, on rencontre des bûcherons équarrisseurs, des carriers, des charpentiers, des forgerons, des tailleurs de pierre, recrutés par le maître d'oeuvre. Et concrêtement, comment font-ils pour construire les châteaux ? Explications avec CANOPE 




Les constructions de Guillaume le Conquérant

 

Les héritiers de Guillaume, jusqu'à Richard Coeur de Lion


Guillaume le Conquérant, Duc de Normandie et Roi d'Angleterre, meurt le 9 septembre 1087 à l'âge de 60 ans, suite à une blessure reçue lors d'une bataille à Mantes. Excellent dans l'exercice du pouvoir, courageux et persévérant, il s'est cependant montré parfois brutal et impitoyable. Il était veuf, son épouse Mathilde de Flandre étant décédée quatre ans plus tôt, le 2 novembre 1083. Ils étaient fidèles l'un à l'autre et les archives ne font écho d'aucune maîtresse ni enfant illégitime, ce qui était rare à l'époque. 

Selon la volonté de Guillaume, son fils Robert reçoit le duché de Normandie et son cadet Guillaume le Roux hérite de la couronne d’Angleterre.

Son troisième fils, Henri 1er de Beauclerc, initialement destiné à la prêtrise, ne reçoit qu'une forte somme d'argent mais aura finalement tout. Il est aimé des Anglais, il poursuit l'oeuvre architecturale de son père et nomme désormais des Anglais en Normandie.
Sans héritier mâle, Henri de Beauclerc décide de marier sa fille Mathilde au puissant Geoffroy Plantagenêt. De cette union naquit l'illustre Henri II Plantagenêt qui épousera Aliénor d'Aquitaine. A sa mort en 1189 ses deux fils Richard Cœur de Lion et Jean Sans Terre résistent aux assauts du Roi de France Philippe Auguste avant de perdre la guerre. L'Angleterre devient une entité indépendante et en 1204 la Normandie est intégrée au Domaine Royal.

Guillaume et les Normands à la conquête de l'Angleterre - Feuilleton 4 sur 4 - octobre 2016
A sa mort, le 9 septembre 1087, Guillaume le Conquérant répartit terres et biens entre ses trois fils mais c'est le troisième, Henri de Beauclerc qui va finalement gouverner. Puis viendront Geoffroy Platagenêt, Henri II Plantagenêt et les plus connus du grand public : Richard Coeur de Lion et Jean Sans Terre... - France 3 Normandie

Intervenants :
Pierre Bouet, historien et auteur du livre "Hastings 14 octobre 1066"
Véronique Gazeau, professeur d'Histoire médiévale Université de Caen - Normandie
David Snuggs, prêtre anglican et guide conférencier
 

Le domaine de Guillaume le Conquérant à sa mort en 1087 / © Historical Atlas by William R. Shepherd, via Wikimedia Commons - domaine public
Le domaine de Guillaume le Conquérant à sa mort en 1087 / © Historical Atlas by William R. Shepherd, via Wikimedia Commons - domaine public



Ainsi s'achève cette histoire fascinante où tout commença le 14 octobre 1066, date de la bataille d'Hastings, avec l'ambition d'un homme persuadé d'être né pour régner sous la protection de Dieu. Guillaume Le Conquérant, d'origine Scandinave et Normande, fut Duc de Normandie et Roi d'Angleterre. Par son œuvre colossale perpétuée par ses successeurs, il marqua à jamais l'histoire millénaire de l'Europe.

► Pour commémorer la Bataille d'Hastings, France 3  Normandie vous propose "Guillaume, la jeunesse du conquérant" de Fabien Drugeon, ce vendredi 14 octobre après le Grand Soir 3