A Caen, la CGT Transport “va continuer la lutte” contre la réforme du code du travail

Militants CGT et forces de l'ordre au dépôt de carburant de Caen ce lundi
Militants CGT et forces de l'ordre au dépôt de carburant de Caen ce lundi

La CGT et FO appelaient ce lundi les "routiers" à se mobiliser contre la réforme du code du travail. A Caen, les différentes actions prévues ont été entravées par les forces de l'ordre.

Par CM avec AFP

Le coup d'envoi de la mobilisation a été donné dans la nuit de dimanche à lundi sur une autoroute du nord près de la Belgique. Ce lundi 25 septembre, ce sont les routiers qui entraient dans la contestation de la réforme du code du travail, à l'appel, principalement, de la CGT et de FO. Routes et dépôt de carburant bloqués : une quarantaine de point de blocage ont été recensés ce lundi dans toute la France.

Transports routiers : les raisons de la grève reconductible

Les syndicats gardent le secret sur les actions de ce jour de grève. Blocages ou opérations escargots ?En Seine-Maritime et dans l'Eure, les conducteurs se souviennent encore des blocages et de la pénurie d'essence de mai 2016. Les conducteurs routiers redoutent les effets de la réforme du code du travail.

A Caen, le bilan de cette première journée d'action est plutôt mitigé : un temps exécrable, des chauffeurs routiers peu mobilisés et des forces de l'ordre empêchant tout barrage filtrant de se mettre en place sur le périphérique sud. "Dés qu'on décide de faire quelque chose, ils nous sautent dessus. On ne peut rien faire, c'est ça la démocratie", pestait ce lundi matin sous des trombes d'eau Christian Cadel, militant de la CGT. 

La situation caennaise est loin d'être un cas isolé: un peu partout en France, gendarmes et policiers sont intervenus pour empêcher ou lever les blocages. Dans un communiqué, le patron du PCF, Pierre Laurent, a dénoncé une "répression anti-syndicale".

A Caen, la mobilisation s'est poursuivie/rabattue sur le dépôt de carburant où les manifestants ont filtré la sortie des camions sous le regard vigilant des policiers. "On va continuer la lutte. Même si par hasard nous n'étions plus sur le terrain comme aujourd'hui, on continuera la lutte de toutes les façons", nous a déclaré Jean-Marc Lambert, secrétaire CGT des transporteurs routiers - Normandie, "Ce que je peux vous dire dés maintenant c'est qu'il y a un bon nombre de camarades qui sont prêts à continuer la lutte ce soir, demain et après-demain". D'autres actions sont donc peut-être à prévoir les prochains jours. Mais contrairement à celles de ce lundi, il se pourrait qu'elles ne soient pas annoncées à l'avance.

Reportage de Jean-Yves Gélébart et Jean-Michel Guillaud

Une réunion avec le gouvernement ce jeudi

Ce lundi après-midi, la ministre des transports Elisabeth Borne a annoncé que le gouvernement réunira ce jeudi le patronat et les syndicats des transporteurs routiers. Elle a précisé que son cabinet prendrait contact dés mardi avec les organisations syndicales et patronales pour préparer cette réunion. Elle a par ailleurs justifié la mobilisation de forces de l'ordre pour mettre en échec des tentatives de blocage par les chauffeurs routiers. "Le gouvernement respecte le droit de grève", mais "il n'y a pas de droit au blocage", a-t-elle dit.

Sur le même sujet

VIDEO : Thomas Pesquet invité exceptionnel du JT 19/20 de France 3 Normandie

Près de chez vous

Les + Lus