Un héros de la résistance caennaise, André Heintz, est mort à l'âge de 97 ans

André Heintz, brillant étudiant caennais, élève de Khagnes, a renseigné Londres pendant les années d'occupation, avec l'aide du directeur de l'institution Saint-Joseph. / © Mémorial de caen
André Heintz, brillant étudiant caennais, élève de Khagnes, a renseigné Londres pendant les années d'occupation, avec l'aide du directeur de l'institution Saint-Joseph. / © Mémorial de caen

Il fait parti des hommes qui ont alerté les anglais, au péril de leur vie, lors des bombardements du Débarquement, qu'il ne fallait pas frapper l'Abbaye aux Hommes de Caen où s'étaient réfugiés des milliers de civils. Et avant le DDay, il renseignait Londres sur les forces allemandes en Normandie.

Par Alexandra Huctin

Au Mémorial de Caen, sa boîte d'épinard reste conservée en l'état.
Pendant toute la guerre c'est à l'interieur  de cette petite boîte qu'André Heintz cachait son minuscule poste à galène artisanal, écoutant clandestinement la BBC jusqu'à 3 fois par jour.



Résistant de la première heure, André Heintz avait été recruté dès l'automne 1940 par un réseau franco polonais.
Né à  Caen, le jeune homme de 20 ans aide d'abord les prisonniers de guerre avant d'agir dans les renseignements.
Il habitait alors dans le quartier de la place du canada ... à côté du lycée saint jo et de l'Etat major allemand qui avait requisitionné une grosse maison bourgeoise. andré Heintz prenait alors des clichés de la maison et les envoyait aux anglais. 

Il va intégrer l'OCM (office civil et militaire) en 1942. Il échappe au STO grâce au directeur de l'institut saint jo qui lui trouve un poste de repétiteur anglais.

Il réuni alors des élèves de Saint Jo autour de lui  pour les inclures dans ses activités de renseignement et va devenir responable "jeunes" pour la Basse-Normandie. il les enmène, par exemple, en randonnée dans les chemins pédestres du littoral pour photographier le mur de l'Atlantique incognito. 

En 1944, il s'engage dans les équipes d'urgence de la Croix-Rouge, en tant que brancardier pendant le débarquement.  Et c'est en parti lui qui va franchir les lignes allemandes, au péril de sa vie, pour alerter les anglais qu'il ne fallait pas bombarder l'Abbaye aux Hommes où s'étaient réfugiés les civils caennais.

Devenu professeur  d'anglais après guerre à l'Université de Caen et au Lycée Malherbe, ce héros très discret  euvrera dans l'ombre à la création du Mémorial de Caen dont il restera jusqu'au bout un fervent ambassadeur


© @Mémorial deCaen
© @Mémorial deCaen





Sur le même sujet

Le livret du ballet royal de la nuit

Près de chez vous

Les + Lus