Hervé Morin: “Les élections sont passées, on bosse !”

Conférence de presse du président de la Région Normandie au lendemain du second tour de l'élection législative
Conférence de presse du président de la Région Normandie au lendemain du second tour de l'élection législative

Au lendemain d'une élection législative marquée par la recomposition du paysage politique, le président de la Région normandie siffle "la fin de la récré": les débats nationaux ne doivent pas s'inviter dans l'assemblée régionale. Autrement dit, pas question de toucher à la majorité régionale.

Par Christophe Meunier

"On a fait un seul groupe pour éviter que cela soit la politique qui l'emporte sur les débats régionaux, il n'est pas question un seul instant qu'on se lance dans des histoires de ce genre, les Normands ne comprendraient pas. Ils diraient: ils sont fous, ils remettent du débat politicien alors que ce dont on a besoin c'est du concret, du pragmatisme sur toute une série de sujet". La recomposition politique, qui s'est illustrée lors des dernières élections, n'a pas sa place dans l'assemblée régionale.

C'est en substance le message que voulait faire passer ce lundi Hervé Morin, le président de la Région Normandie, lors d'une conférence de presse organisée au lendemain du second tour des législatives. Pas question de faire voler en éclat l'union de la droite et du centre mise en place pour ravir la Région à la gauche en décembre 2015. "Si il y a un conseiller régional qui décide d'aller dans un groupe En Marche, c'est son droit. Il faudra qu'il sache en tirer les conséquences c'est à dire qu'il n'appartient plus à la majorité. C'est ainsi que le débat se pose."

Parmi ses vice-présidents, Hervé Morin compte notamment un Modem, le maire d'Hérouville-Saint-Clair Rodophe Thomas, en charge de la politique de la ville à la Région. L'élu calvadosien a clairement soutenu Emmanuel Macron puis l'un des candidats d'En Marche aux législatives, Eric Halphen. 


Pour Hervé Morin, pas question de s'exprimer à la place de l'intéressé. Il reconnait néanmoins que, sur le sujet, les deux hommes se sont "parlés franchement".

Interview réalisée par Catherine Berra et Cyril Duponchel

 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

La journée dieppoise de Thomas Pesquet

Près de chez vous

Les + Lus