Un Mickey normand sélectionné à Angoulême

© Tebo / éditions Glénat
© Tebo / éditions Glénat

Le dernier livre de Tebo figure dans la sélection jeunesse du festival de la bande dessinée qui s'ouvre ce jeudi en Charente. Dans la jeunesse de Mickey publié aux éditions Glénat, l'auteur caennais réinvente le célèbre personnage de Disney.

Par Pierre-Marie Puaud

Son truc, ce sont les supers-héros, les cascades, les gags. Avec Captain Biceps (créé avec Zep au scénario), Tebo met en scène un justicier habillé d'un collant rouge très seyant, doté de biscottos proéminents, armé d'une intelligence somme toute très ordinaire, qui n'en finit pas d'affronter des supers-vilains. Sous son crayon, le personnage inspiré des comics américains frise parfois le ridicule. Alors lui confier la petite souris de Disney pouvait sembler un rien audacieux...

Captain Biceps, le super-héros tout en muscles !

"Au départ, je n'avais pas très envie de le faire, reconnaît Tébo. Mais quand j'y ai réfléchi, beaucoup de souvenirs d'enfance sont remontés. C'est peut-être inconscient, mais je crois que mon style graphique est inspiré de Disney. Je me souviens des dessins animés en noir et blanc qu'on regardait le dimanche à la télé. Je crois que c'est un des premiers personnages que j'ai recopié quand j'avais 5 ans !" Alors, il s'est lancé, conforté par les encouragements de Glénat qui lui a laissé carte blanche.

Tebo a imaginé plusieurs histoires courtes. Il a choisi de représenter un "Mickey vieux", bousculé par Norbert, un jeune souriceau qui se trouve être son arrière-petit-neveu... "Je voulais un Mickey qui entre dans mon univers très cartoon, par trop policé. Mais en même temps, je voulais respecter le personnage et ne pas tomber dans la parodie". (Les premières pages de l'album peuvent être feuilletées ici). "Dès que je l'ai eu en main, je me suis dit que Mickey était à moi. J'ai vraiment fait mon truc".

Le livre sorti à l'automne a été bien accueilli. Il figure aujourd'hui dans la sélection jeunesse du festival d'Angoulême. "C'est une belle reconnaissance, poursuit Tébo. J'ai bossé pendant 18 mois, 6 jours sur 7. J'y ai pris tellement de plaisir !". Le palmarès sera dévoilé ce jeudi à partir de 18 heures. Tébo se voit bien repartir "avec la petite statuette designée par Lewis Trondheim. Ce serait chouette !"

Rencontre avec Tébo (Là où ça Bouge, 28 janvier 2015)
locb tébo

Sur le même sujet

Accident mortel à Hermanville : les images du brouillard

Près de chez vous

Les + Lus