Les pesticides altèrent le goût du vin, la démonstration du Professeur Seralini

Le professeur de biologie avait déjà démontré la dangerosité des OGM sur les organismes des mammifères, cette fois il fait la démonstration que les pesticides acidifient le vin.

La dégustation de vin à la chasse au goût acide.
La dégustation de vin à la chasse au goût acide.
Une dégustation. Deux vins blancs. L'un bio, l'autre pas. Dans le deuxième, 5 fongicides ont été détectés par les équipes du Professeur de biologie de l'Université de Caen, Gilles-Eric Seralini. Le test est sans appel, bien évidemment les gobayes sont conditionnés. Leur sens en éveil détectent sans trop de difficulté la présence des pesticides, reconnaissables à leur goût acide prononcé.  Ensuite, on fait déguster au public des verres d'eau. Dans certains, on a ajouté les 5 produits chimiques. Sans trop chercher, le public trouve rapidement celui "qui sèche la bouche et a un goût de bonbon".

L'expérience a également été menée auprès de vignerons et de professionnels de la vigne afin de les sensibiliser sur cette réalité.  Non seulement les produits chimiques utilisés en viticulture sont néfastes pour les agriculteurs comme pour les riverains mais ils sont aussi préjudicables au goût donc aux qualités gustatives du vin.

Le reportage de PM Puaud et D Emilien

durée de la vidéo: 02 min 03
Le vin et les pesticides ©France 3 Normandie

Interviennent Gilles Eric Seralini professeur de biologie de l'Université de Caen et Jérôme Douzelet chef cuisinier dans le Gard.
L'Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a récemment analysé nos assiettes soit 70 000 aliments à la recherche de résidus de pesticides..81% des raisins français d'après l'étude sont contaminés par des traces fortes de produits phyto-sanitaires.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire gastronomie vins sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter