SM Caen : victoire impérative samedi face à Metz

Patrice Garande en conférence de presse avant la réception du FC metz / © Christophe Meunier / France 3 Normandie
Patrice Garande en conférence de presse avant la réception du FC metz / © Christophe Meunier / France 3 Normandie

Les Caennais restent sur un non-match à Nantes (reporté pour cause de brouillard) et deux contre-performances (à Lille et contre Dijon). Le venue de Metz peut permettre de repartir du bon pied. Un nouveau faux-pas ne ferait qu'accentuer le doute.

Par Pierre-Marie Puaud

Jonathan Delaplace a fait les comptes : "Si on gagne, on revient à leur hauteur. Donc c'est important". Le FC Metz fait partie des adversaires directs pour le maintien contre lesquels il est important (crucial ?) de prendre des points. Samedi (coup d'envoi à 20 heures), le Stade Malherbe joue donc un peu plus qu'une simple rencontre de championnat. Après avoir été balayé à Lille, après avoir concédé le match nul face à Dijon, et en attendant de pouvoir jouer à Nantes (la rencontre se jouera finalement le 18 janvier), Caen est dans l'obligation de gagner pour rester au contact et ne pas décrocher en bas de tableau.

Une fragilité inquiétante


En venant à Caen, les Messins savent qu'ils vont affronter une équipe en mal de confiance, mais (qui sait ?) revancharde. Patrice Garande s'attend donc à affronter un bloc très groupé. "C'est une équipe très dangereuse sur coup-de-pieds arrêtés, qui a un potentiel offensif intéressant avec une bonne animation sur les côtés. Et c'est une équipe qui aime contrer" prévient l'entraîneur caennais qui répète, semaines après semaines, combien il croit en son groupe.

 

Mais cette saison, Caen alterne le bon, le moins bon, et le franchement médiocre. Le dernier match face à Dijon fut un bon résumé de ce que l'équipe a produit au cours des matches aller. En première mi-temps, l'équipe a affiché un visage conquérant. Les trois buts inscrits en quarante-cinq minutes ne devaient rien à personne. En deuxième période, les Caennais ont fait étalage de leur fragilité. "Il suffit d'un petit grain de sable, il suffit de prendre un but avec une petite erreur pour que l'on perde notre confiance. L'adversaire sent qu'il peut encore marquer. On défend moins bien, et on est puni !" déplore Patrice Garande. "Dans notre situation, pour gagner, on a donc besoin de faire un match plein, abouti de la première à la dernière minute".

La conférence de presse :


Sur le même sujet

VIDEO : Thomas Pesquet invité exceptionnel du JT 19/20 de France 3 Normandie

Près de chez vous

Les + Lus