La candidature de Blaise Mistler ne suscite pas l'adhésion des “Marcheurs” de Cherbourg

Blaise Mistler, investi par En Marche sur Cherbourg, ne fait pas l'unanimité / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
Blaise Mistler, investi par En Marche sur Cherbourg, ne fait pas l'unanimité / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

A Cherbourg, Blaise Mistler investi par La République en Marche ! pour les législatives ne fait pas l'unanimité parmi les "Marcheurs" qui soutenaient une autre candidate. Le comité En Marche Cherbourg - La Hague va déposer un recours.

Par CM

"Il y a beaucoup d'adhérents qui se posent des questions de fond. Ce n'est pas comme ça qu'on voyait En Marche", regrette Bruno Cairon, membre du comité de Cherbourg - la Hague. Ce comité soutenait une autre candidature, celle de Sonia Krimi, 34 ans,  "une jeune femme, brillante, qui vient de la diversité. Dans la Manche, il n'y a pas de femme investie. Je m'étais retiré pour lui laisser la place". L'annonce de l'investiture de Blaise Mistler ce jeudi n'a donc pas suscité une franche adhésion chez les "Marcheurs" du Nord-Cotentin.



Ce "parachutage" provoquerait même une certaine hostilité puisqu'un recours va être envoyé "cet après-midi" à la commission nationale d'investiture de La République en Marche. "Stéphane Travert (député de la Manche et soutien de la première heure d'Emmanuel Macron) doit avoir un contact ce soir avec Richard Ferrand (secrétaire général du mouvement) pour voir si un changement est possible", déclare Bruno Cairon.  "Blaise Mistler n'a pas la capacité d'entraîner les militants des deux comités de Cherbourg, de fédérer les énergies pour l'emporter". Une façon de laisser le champ libre à Arnaud Catherine, patron du PS dans la Manche, qui brigue la succession de Bernard Cazeneuve dans cette circonscritpion ? Les militants n'excluent pas cette hypothèse qu'ils qualifient "machiavélique".

Une autre candidature "En Marche" ?

Si Blaise Mistler est maintenu dans la quatrième circonscription, il pourrait avoir face à lui une adversaire supplémentaire. "On n'exclut pas que Sonia Krimi se présente dans l'esprit de "la majorité présidentielle", à l'instar de Manuel Valls. Sonia continue ses démarches administratives dans ce sens". Créés il y a envrions 5 mois, les deux comités En Marche de Cherbourg comptent aujourd"hui près de 200 adhérents et enregistreraient cinq nouvelles adhésions chaque jour. "On a réussi à fédérer, à faire une belle campagne sur Cherbourg et là, on a l'impression qu'on met un coup de frein", déplore Bruno Cairon.

Les "Marcheurs" mécontents ont rencontré ce jeudi soir le candidat investi par leur mouvement. Ils ont eu l'occasion de lui exprimer leur point de vue. Pour l'instant, ce dernier poursuit sa campagne.

 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Interview de Bernard Cauvin, PDG de la Cité de la mer

Près de chez vous

Les + Lus