Les yeux bien ouverts

Les Indiens investissent le muséum de Rouen

Le museum d'histoire naturelle de Rouen a fait le choix depuis plusieurs années de travailler avec des communautés autochtones dont sont issues ses collections pour la Galeries des continents. Des Indiens d'Amérique ont travaillé sur la section des Amériques ouverte le 19 octobre.

Par Julie Howlett

Les yeux bien ouverts vous emmènent au Muséum d'Histoire Naturelle de Rouen à la découverte de la culture amérindienne à travers ses collections ethnographiques. Le Muséum a donné carte blanche à des indiens du Brésil, les Kayapos et des Etats-Unis, les Osages. Chacun a choisi dans les collections du muséum des objets qui lui paraissent importants au regard de sa propre culture. C'est ainsi qu'est née la nouvelle section des Amériques dans la Galerie des Continents.

La Participation des communautés autochtones


Depuis plusieurs années, le Muséum a fait ce choix de travailler avec les représentants des communautés autochtones. Le travail sur la Galerie des continents a débuté en 2011 avec le continent océanien. Il a fait appel à des Maoris. En 2014, deux artistes indonésiens ont participé au travail sur le continent asiatique.
Cette fois-ci, le Muséum a donné carte blanche à des représentants des indiens Osages et Kayapos. Ils définissent les thématiques, rédigent les textes et valorisent artistiquement ce travail de coopération culturelle et artistique.
Ils ont même offert des objets, vêtements ou ornements traditionnels de leur communauté.

Potluck, un repas partagé auquel chacun contribue


En parallèle de la galerie des Amériques, le Muséum propose l'exposition Potluck jusqu'au 21 janvier 2018. Les musées métropolitains ont mis en commun leurs collections qui ont un lien avec l'Amérique dans la tradition du Potluck nord-américain : un repas partagé auquel chacun contribue "à la fortune du pot).

Les yeux bien ouverts vous proposent également quelques idées de sortie pour le week-end et la semaine à venir


• Un nouveau rendez-vous au Kubb, la salle des musique actuelles d’Evreux avec les apéros KUBB qui veulent valoriser les groupes locaux. A chaque session 3 formations musicales aux styles différents. La première c’est vendredi prochain avec 3 groupes d’Evreux (Ashes Warriors + Les Petits Jésus Voyageurs + Cult of Nonsense) et c’est à 19 heures l’heure de l’apéritif.


• Un bon moyen de comprendre les enjeux agricoles et alimentaires mondiaux avec le cinéma, c’est ce que propose le festival Alimenterre. Les 8 films proposés vous amènent à réfléchir et à agir pour un système alimentaire plus juste et plus durable. Plusieurs projections ont lieu dans la région pendant un mois. La première c'est ce vendredi soir (20 octobre) à 20 heures à Pont-Audemer au café "La part du colibri" avec le film Cousin comme cochon. Pour la programmation complète : festival-alimenterre.org


• Le rappeur rouennais Younes sort son premier EP. Yoon of the moon c’est le titre de ce mini album de 8 titres. Younes sera sur scène au Havre jeudi prochain au Stade Océane pour la Welcome Night, la grande soirée d’intégration des étudiants havrais, une soirée qui débute à 22 heures.


• Les légendes de la forêt viennoise d’Odon Von Horvath ce vendredi 20 octobre au Théâtre de la Foudre au Petit-Quevilly. C'est une création du metteur en scène rouennais Yann Da Costa. Cette pièce est à la croisée de l’opérette et du drame et possède une double dimension politique et intime. Bêtise, vilénie, égoïsme et fascisme sont au cœur de ce texte qui nous emmène dans les méandres de la noirceur humaine. La pièce sera jouée ensuite dans toute la Normandie notamment le 23 novembre prochain à Dieppe Scène Nationale et le 7 décembre au Tangram à Evreux


• Du cinéma encore avec le festival Ciné salé au Havre. Jusqu’à dimanche 22 octobre, c’est l’occasion de plonger dans les flots et les embruns avec des films de mer et de marins mais aussi des expositions de photographie.

Les yeux bien ouverts au muséum d'histoire naturelle de Rouen :
Julie Howlett, Jérôme Bègue, Bruno Delande et Geoffrey Ledoyen

Les yeux bien ouverts au muséum d'histoire naturelle de Rouen


A lire aussi

Dieppe : Hippolyte Debonne, mémoire d'un fusillé pour l'exemple