Pour le député de la Manche Stéphane Travert, Benoît Hamon n'incarne pas “le progrès”

Stéphane Travert, député PS de la Manche
Stéphane Travert, député PS de la Manche

Si certains députés socialistes se posent aujourd'hui la question de leur ralliement à Emmanuel Macron, le député de la Manche soutient l'ancien ministre de l'économie depuis plusieurs mois déjà. Et la primaire de la gauche n'y a rien changé.

Par CM avec AFP

"Benoît Hamon est un ami, j'ai été très proche de ce qu'on appelle la gauche de la gauche pendant très longtemps mais aujourdhui, ce que je veux, c'est qu'il y ait une majorité de progrès qui puisse incarner l'image de la France dans les années à venir". Pour le député de la Manche, Stéphane Travert, ce "progrès" c'est Emmanuel Macron qui l'incarne. La primaire de gauche n'y a rien changé. L'élu socialiste exprime publiquement son soutien à l'ancien ministre de l'économie depuis plusieurs mois déjà. Il figure même dans l'organigramme de son mouvement "En marche".

je n'ai pas l'intention de quiter le Parti socialiste


Pour autant, la question de son investiture aux prochaines législatives ne semble pas le soucier. "En marche n'est pas un parti, c'est un collectif politique, une association qui permet la double appartenance. Aujourd'hui, je suis toujours membre du Parti socialiste, je n'ai pas l'intention de quitter le Parti Socialiste".

Pour le député de la Manche Stéphane Travert, Benoît Hamon n'incarne pas "le progrès"
Si certains députés socialistes se posent aujourd'hui la question de leur ralliement à Emmanuel Macron, le député de la Manche soutient l'ancien ministre de l'économie depuis plusieurs mois déjà. Et la primaire de gauche n'y a rien changé.

Reste qu'Emmanuel Macron semble bel et bien considérer son "association" comme un parti politique. L'ancien ministre de l'économie annonçait le 19 janvier dernier que le processus d'investiture pour les élections législatives s'ouvrait au sein de son parti et indiquait: "Il n'y aura aucun accord d'appareil" entre En Marche! et "quelque parti que ce soit" aux prochaines élections législatives.

Du côté du Parti socialiste, il semble qu'on ne s'accomode pas de cette "double appartenance" vantée par le député de la Manche. Selon la secrétaire nationale des Jeunes socialistes, Sarah Kerrich, le bureau national du parti aurait choisi de faire le ménage dans ses rangs.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Le 15 octobre 1987, une violente tempête balaie le Cotentin

Près de chez vous

Les + Lus