Jacques Prévert: le cadavre exquis a 40 ans et nous salue bien bas

© Maison Jacques Prévert
© Maison Jacques Prévert

Aujourd'hui, Nénette qui nettoyait son atelier de la Hague lui apportera des tournesols sur sa tombe car Jacques les aimait. Depuis 40 ans, Prévert dort dans la terre du Cotentin, à Omonville-la-Petite. On réveille quelques souvenirs mais chutt, pas trop de mots, le poète les aimait trop. 

Par Stéphanie Potay

Jacques Prévert est mort il y a 40 ans jour pour jour. Il n'a pas bougé d'un iota, toujours discret au cimetière d'Omonville-la-Petite où il termina son existence de poète. A l'ombre d'un frotteux, ces pierres de granit de la Hague où les bêtes ont coutume de se gratter. Quand Jacques partit, c'était Pâques, un lundi. Jacques avait posé les dernières gaules là, au bout du bout de la prequ'île du Cotentin parce qu'Alexandre Trauner, le pro des décors de cinéma, l'avait contaminé avec cette passion de la Hague, de ses murets, de son charme roux comme un irlandais. Ils y étaient venus déjà du temps de la jeunesse. Et puis le temps a fait l'oeuvre. Prévert est revenu dans la Hague et Trauner lui a trouvé une maison. Celle-là même où les touristes viennent aujourd'hui visiter l'univers du poète disparu. Surréaliste pélerinage, aurait sûrement pensé le poète, peu friand des hommages, lui préférant les cadavres exquis. 


« C’est le Finistère le plus proche de Paris »
Nenette raconte Jacques Prévert

 

Avec son épouse Francine, Jacques a trouvé dans la Hague un lieu d'ancrage,  un "port-racine"avant de s'envoler. Port-Racine où le couple se baigne, ce petit port " pas plus port pas plus port qu’épique » s'amuse le facétieux architecte d'un langage aléatoire qui retombe toujours sur ses pattes de chat.  Avant de se refaire une petite brasse sous la lumière haguarde. A la surface, il y croise des gens d'une profondeur étrange. Les gens de la Hague. Comme Nénette qui nettoie son atelier. Elle lui apportera des tournesols aujourd'hui sur la tombe. Les fleurs que Jacques Prévert aimait. Car ces gens du village portent un morceau du testament de Jacques Prévert. Simple et clair. Jacques le savait, il allait mourir ici, bouffé par un méchant crabe mangeur de poumons. C'était simple et clair. Tout le contraire de ce temps de brume du 11 avril 1977. Ce jour-là, la Hague a tiré le rideau. 

 

Collé-serré, ciseaux forcés

Dans sa maison d'Omonville-la-Petite, il y a des expos pour découvrir ou redécouvrir Jacques Prévert. Exemple dans ce reportage tourné en 2012 avec un Prévert méconnu: le serial colleur

Prevert colleur intempestif 2012





 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Bernard Cauvin, PDG de la Cité de la mer

Près de chez vous

Les + Lus