Le Val-de-Saire menacé par la mer: des élus ne veulent pas abandonner leur territoire

Selon les services de l'Etat, le niveau de la mer pourrait croître de 40 cm d'ici moins d'un siècle dans le Val-de-Saire
Selon les services de l'Etat, le niveau de la mer pourrait croître de 40 cm d'ici moins d'un siècle dans le Val-de-Saire

Le plan de prévention des risques littoraux proposé par l'Etat suscite une levée de boucliers chez les élus du Val-de-Saire. Pour eux, pas question d'abandonner une partie de leur territoire.

Par CM

A la suite de la catastrophe de Xynthia, l'Etat a décidé de mettre en place des plans de prévention des risques littoraux réglementant notamment la constructibilité des terrains et l'agrandissement des bâtiments en fonction des risques naturels. La catastrophe, survenue le 28 février 2010, sous l'effet conjugué d'une tempête et d'une importante marée, avait innondé des milliers d'hectares agricoles sur la façade Atlantique et entraîné la mort d'une cinquantaine de personnes.

Les prévisions des climatologues relatives au réchauffement de la planète et de la montée du niveau de la mer renforcent la nécessité de mettre en place ce type de plans de prévention des risques. Problème: les mesures mises en place par l'Etat suscitent souvent une levée de bouclier chez les populations concernées. 

Dans le département de la Manche, deux sites ont pour le moment été retenus : Barneville et le Val-de-Saire (Réville, St Vaast-la-Hougue et Quetthou). Dans cette zone, l'enquête publique s'achève ce vendredi. Si ses conclusions seront connues dans les prochaines semaines, l'avis des élus est lui déjà connu. Et il est plutôt hostile à la solution retenue par l'Etat. Plutôt que de renforcer la digue existante, il préconise un recul des zones constructibles. Pour les élus des communes concernées, c'est l'attractivité de leur territoire qui est menacée.


Et déjà, le PPRL suscite une levée de boucliers des élus car il ne comprend aucun volet de protection contre la mer....


Reportage de Sylvain Rouil et Gildas Marie
Intervenants:
- Yves Asseline, maire de Réville
- Gilbert Pelletier, maire-adjoint de Saint-Vaast-la-Hougue en charge des infrastructures

Le Val-de-Saire menacé par la mer: des élus ne veulent pas abandonner leur territoire



A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

La journée dieppoise de Thomas Pesquet

Près de chez vous

Les + Lus