Transport de Mox : manifestation d'anti-nucléaires attendue à Cherbourg

Le chargement du 3ème et dernier château de Mox dans le port de Cherbourg, mercredi 17 avril 2013 au matin / © Rémi Mauger, France 3 Basse-Normandie
Le chargement du 3ème et dernier château de Mox dans le port de Cherbourg, mercredi 17 avril 2013 au matin / © Rémi Mauger, France 3 Basse-Normandie

Ce combustible fabriqué par Areva à base d'uranium appauvri et de plutonium est la bête noire des opposants au nucléaire. Une manifestation est prévue ce mercredi soir à Cherbourg alors qu'un bateau transportant huit tonnes de Mox doit appareiller ce mercredi pour le Japon.

Par Pierre-Marie Puaud

Ce devait être une manière d'économiser l'usanium, et de "consommer" le plutonium extrait lors du retraitement des combustibles usés. Areva est le seul industriel à produire du Mox dans son usine de Marcoule. Mais au fil des ans, le nombre de clients s'est raréfié. D'abord parce que le produit est relativement onéreux en ces temps où l'uranium est plutôt bon marché. Ensuite parce que le Mox est hautement radioactif, plus chaud qu'un combustible classique, et qu'il rend plus délicat le fonctionnment des réacteurs.

L'article à lire pour comprendre les débats sur le mox, ce combustible nucléaire hautement radioactif

A chaque convoi de mox, les écologistes grincent des dents. Le groupe français Areva est le seul à fabriquer ce combustible nucléaire, qui mélange uranium et plutonium. Huit tonnes doivent être acheminées de La Hague à Cherbourg (Manche) dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 juillet, avant d'être expédiées par bateau vers le Japon.

Qu'est-ce que le Mox ? (par Sylvain Rouil)

 

 

Transport sous très haute protection


Le Mox est une matière des plus sensibles, et Areva n'a pas pour habitude de faire la publicité de ses transports. Une fois encore, ce sont les organisation écologistes qui ont annoncé le départ ce mecredi d'un bateau à destination du Japon. Robin des bois, puis Greenpeace indiquaient la semaine dernière que deux bateaux Pacific de la compagnie PNTL "armés jusqu'aux dents" (dixit Yannick Rousselet, le spécialiste des questions nucléaires à Greenpeace-France) étaient sur le départ dans le port anglais de Barow in Furness.

Comme en 2013, Areva a obtenu du tribunal de Grande Instance de Cherbourg qu'il signe une ordonnance interdisant aux manifestants de s'approcher du convoi. Les opposants ont prévu de se rassembler symboliquement près de la gare maritime, au rond-point de la pyrotechnie, sur un parcours qui n'a manifestement plus rien de secret.

 

 

Sur le même sujet

Caen: les agents de la Ville et de l'agglo en grève pour conserver leur temps de travail

Près de chez vous

Les + Lus