Verescence habille les flacons de parfum

Cette semaine C Normand vous emmène dans l'Orne découvrir l'entreprise Verescence
Cette semaine C Normand vous emmène dans l'Orne découvrir l'entreprise Verescence

Cette semaine C Normand vous emmène à Echouché dans l'Orne pour découvrir Verescence. Fondée en 1958 par Christian Dior, cette entreprise travaille sur le décor des flacons de parfum. 

Par C Normand

L'économie, la rédaction de France 3 Normandie en parle tous les jours dans vos éditions régionales. Elle participe au dynamisme d'une région. C Normand, notre rendez-vous économique hebdomadaire, vous propose de découvrir chaque lundi une entreprise bas-normande, son histoire, son activité et son savoir-faire.

Cette semaine, C Normand vous emmène dans l'Orne, à Echouché, découvrir l'entreprise Verescence. Son métier: "habiller" les flacons de parfum. Le site ornais fondé par le couturier Christian Dior en 1958, combine des techniques industrielles et artisanales pour donner du relief à ces contenants en verre: laquage, sérigraphie dépolissage ou sablage.

La société, qui compte 3 sites en France, a longtemps été la propriété du groupe Saint-Gobain. De moins en moins compétitive, l'entreprise fut cédée en 2007 à un fond canadien avant d'être rachetée en 2010, fortement endettée, par un fond américain : Oaktree. Son nouveau propriétaire croit en son avenir: il a injecté dans l'outil de production du site ornais plus de 8 millions d'euros en 7 ans (sur 140 millions dans l'entreprise). Et nourrit de grandes ambitions: "L'objectif c'est de devenir et de rester le numéro 1 mondial du flaconnage en parfumerie", explique Vincent Renaud, le directeur de l'usine.

Pour y parvenir, l'entreprise a mis en place un contrôle qualité extrêmement exigeant. Sur 150 millions de flacons produits, 4 millions partent chaque année au rebus pour des défauts infimes. De nouvelles machines ont été mises en place et les critères d'embauche ont été revus à la hausse: la main d'œuvre peu qualifiée diminue progressivement pour faire place à des techniciens diplômés. "On cherche des CAP sérigraphie, des Bac pro maintenance, Bac pro électrotech voire même des BTS maintenance", explique Cécile Merlin, adjointe du responsable Ressources Humaines. L'entreprise espère ainsi recruter cette année une vingtaine de personnes. 



Un numéro de C Normand préparé par Damine Migniau, Jean-Michel Guillaud, Sylvain Chemin et Vincent Potel
Intervenants:
- Vincent Renaud, directeur de l'usine Verescence
- Florian Maugnié, responsable technique et amélioration continue
- Nicole Brière, 39 ans d'ancienneté
- Cécile  Merlin, adjointe du responsable Ressources Humaines

C Normand: Verescence

 

Sur le même sujet

Rouen : exercice anti-terroriste au lycée B.Pascal

Près de chez vous

Les + Lus