La question d'enfant qui a piégé Pesquet : “si quelqu'un meurt, qu'est-ce que vous faites du corps?”

© Oliver Berg/dpa/picture-alliance/MaxPPP
© Oliver Berg/dpa/picture-alliance/MaxPPP

C'est la question qui a marqué Thomas Pesquet. Elle lui a été posée par un enfant lors de ses échanges avec des scolaires, via l'ISS. "Si quelqu'un meurt, qu'est-ce que vous faites du corps ?". Pour une fois, le spationaute n'avait pu répondre...

Par L.A.

La question-piège était celle d'un enfant : que fait-on si quelqu'un meurt dans l'ISS ? 
Thomas Pesquet s'était alors penché sur la question et oui, bien sûr, il existe une procédure "mais on n'aime pas trop entraîner les astronautes là-dessus" a-t-il alors expliqué en conférence de presse.

Que se passe-t-il en cas de maladie dans la station spatiale internationale ?

Un document de la NASA explique dans son article 4.2.8, la procédure à suivre. Si l'un des trois membres d'équipage nécessite une évacuation médicale, tout le monde redescend dans le Soyuz. Lorsque 6 personnes sont à bord, la procédure se complique...

En cas de décès, que font les astronautes de la station ?

Slate.fr s'était déjà penché sur la question en 2015 et sur les questions bioéthiques soulevées par les voyages spatiaux. Le magazine indiquait la solution trouvée par la Nasa et la conception d'un astro-cercueil nécessitant le moins de place possible. Appelé "body back" il s'agit d'une sorte de sac hermétique vibrant. Exposé aux températures extrêmement glaciales de l'espace, le corps est congelé en près d'une heure. Une fois rentré en cabine, la haute vibration du sac est lancée et le corps se réduit en poudre (d'une vingtaine de kilos, une fois déshydraté). La poudre est alors placée dans un conteneur extérieur à l'appareil jusqu'au vol retour.

Jusqu'ici, les victimes de l'espace ont péri lors des phases de lancement ou de retour des modules ou navettes, comme le rappelle le site Capcom espace. Mais la préparation des missions vers Mars rendent ces procédures nécessaires.

Retrouvez la conférence de presse de Cologne (Allemagne) en intégralité :

Thomas Pesquet évoque cette question à 22'00 : "cà fait 7 ans que je m'entraîne et je n'ai pas pu répondre à cette question finalement basique..."

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le livret du ballet royal de la nuit

Près de chez vous

Les + Lus