Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Gournay-en-Bray (76) : la piscine fermée et d'autres économies à cause de la dette

Piscine fermée cet été. Une des économies pour "soulager" la dette / © France 3 Normandie
Piscine fermée cet été. Une des économies pour "soulager" la dette / © France 3 Normandie

La préfète de Seine-Maritime a demandé au maire de réaliser de nouvelles économies. Il avait "hérité" d'une situation délicate. Le surrendettement pèse sur la ville depuis 2010

Par Sylvie Callier


La ville de Gournay-en-Bray veut éviter la mise sous tutelle par l'Etat. Elle a encore 6 mois pour accroitre ses économies.

Les emprunts réalisés par les précedentes municipalités, notamment, pour un centre culturel doivent être remboursés. La cour des comptes avait fait en 2013 un rapport sur la situation de la ville :

"Depuis 2010, la situation financière enregistre une réelle dégradation. Le budget ne bénéficie plus de recettes de ventes de terrains sur les Monts-Foys et la zone de la Garenne.

Les dépenses d’entretien de la voirie progressent fortement. Les intérêts de la dette augmentent suite au recours accru à l’emprunt pour financer l’important programme de travaux, où la requalification du centre-ville succède à la construction de l’Atelier. "


Après l'extinction des éclairages publics durant la nuit, la municipalité doit encore rogner sur les dépenses. Le maire ne souhaite pas augmenter les impôts locaux dans sa commune touchée par la crise.

D'autres économies sont trouvées, comme la fermeture estivale de la piscine.

Reportage de stéphane Gérain et Stéphane l'Hôte

Gournay-en-Bray (76) : de nouvelles économies à cause de la dette

 

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

L'apres Edouard Philippe au Havre

Près de chez vous

Les + Lus