Le Havre : Elles témoignent pour la journée de la contraception

© MaxPPP - STEPHANE MORTAGNE
© MaxPPP - STEPHANE MORTAGNE

Depuis 10 ans, le 26 septembre a été choisie comme journée mondiale de la contraception. Une étude de l'agence sanitaire Santé publique France montre le recul de la pilule au bénéfice d'autres moyens contraceptifs. Le point sur la situation au Havre.  

Par VA avec l'AFP

La pilule ... en recul 

En France, la pilule reste le moyen de contraception le plus utilisé, notamment chez les plus jeunes femmes, mais la désaffection à son égard progresse, profitant à d'autres méthodes comme le stérilet, selon un baromètre de l'agence sanitaire Santé publique France publié lundi.
En 2010, 45% des femmes utilisaient la pilule comme moyen de contraception contre 36,5% en 2016. Elle est davantage utilisée parmi les 15-19 ans (60,4%) et les 20-24 ans (59,5%).

Polémique sur les pilules de 3ème et 4ème génération

"Même si la pilule reste la méthode de contraception la plus utilisée, elle connaît une désaffection qui persiste depuis 2012 suite au débat sur les risques liés aux pilules de 3e et 4e génération", souligne ce baromètre.
La polémique sur ces risques avait été lancée suite à la plainte, récemment classée sans suite par la justice, d'une victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) imputé à une pilule de 3e génération.
 
Mais si la pilule baisse, il n'y a pas pour autant "de désaffection vis-à-vis de la contraception", poursuit l'étude. De fait, la proportion de femmes déclarant n'utiliser aucune méthode est en baisse avec 8% en 2016 contre 13,6 en 2010.

Moins de 5% de femmes utilisent des méthodes dites "traditionnelles" telles que la symptothermie, la méthode des températures et le retrait.

Vidéo : Un reportage d'Emmanuelle Darcel et Karima Saïdi avec les interviews de Dr Sylvie Sotter Gynécologue-obstétricien et Responsable centre de planification et d'orthogénie et Michèle Cherfils infirmière scolaire au Lycée Claude Monet
Journée de la Contraception

Une journée pour lever des tabous ?

Selon l'Agence régionale de Santé de Normandie :

"Même si la société d’aujourd’hui évolue constamment et les moyens d’information sont de plus en plus nombreux, les tabous et le manque de communication en ce qui concerne la sexualité persistent, notamment chez les jeunes."
 

Un numéro gratuit et anonyme

Depuis le 28 septembre 2015, un numéro national anonyme et gratuit est ouvert le lundi de 9h à 22h et du mardi au samedi de 9h à 20h.
0 800 08 11 11
Il permet de répondre à toutes les demandes d’information, de conseil, de soutien et d’orientation en matière d’IVG, mais aussi de sexualité et de contraception. Ce numéro, confié au Mouvement français du planning familial, garantit des informations neutres et objectives sur les droits sexuels et reproductifs des femmes.


Sur le même sujet

VIDEO : Thomas Pesquet invité exceptionnel du JT 19/20 de France 3 Normandie

Près de chez vous

Les + Lus